Une bien belle soirée ou Le P’tit VS le suppositoire

Vous vous demandez quel peut être le quotidien d’une famille homoparentale avec un enfant diagnostiqué TSA? Cherchez pas plus loin que drette-là. Attrapez votre pop-corn de la curiosité et votre Pepsi Diet déculpabilisant, pis join the fun!

Le P’tit, ce cher ange merveilleux pis donc bon pour faire des câlins pis faire rire la visite pis nous demander à tout bout de champ il reste combien d’heures avant l’Halloween, était constipé depuis une semaine et demi. Pouet Pouet indeed. Oui, les trucs de matante Suzie et Chantal Lacroix avaient bien été utilisés auparavant pour tenter de le soulager. Prunes juteuses, céréales bien fibreuses, Lax-A-Day, prières à Mr. Hanky the Christmas Poo, tout a été fait. Rien à faire, ce Petit Pou a le sphincter digne de la Muraille de Chine: il est impénétrable.

Rappelons-nous, grâce à cet article, que mon infant a une peur bleue de faire caca. En fait, il a plusieurs peurs concernant la défécation. Il a peur que le caca lui fasse mal. Il a peur que le caca bouche la toilette. Et il a peur de flusher la toilette, parce qu’il craint que la toilette déborde et que ça tombe sur lui. Bref, c’est la joie à chaque nouveau caca! Les enfants TSA ont plus souvent qu’autrement de gros problèmes de ce côté, parce que la plupart du temps, comme pour mon fils, ils sont VISUELS. C’est-à-dire que le traitement de l’information se fait nécessairement mieux avec un contact visuel. La question était maintenant à savoir, de comment faire pour que mon enfant visualise bien son caca?

Parce que pour l’instant, ça n’allait pas très fort. La technique préféré de mon fils lorsqu’il a envie d’un #2 est de croiser solidement les jambes, raidir son corps en entier et espérer que personne ne le remarque tout en retenant le brown stuff le plus longtemps qu’il est humainement possible. Petites fesses serrées veut également dire que petites traces (ou chriss de grosses, c’est selon) de break passe à travers pour aller bien beurrer le tout.

So, après un si long moment sans caca, Petit Pou avait genre un peu beaucoup mal au ventre et à la vie en général. Il avait la mauvaise humeur au fin fond du fond, pis tout le monde, même Bob le chat en avait pas mal ras le bol. Aux grands maux les grands moyens: ça prenait un suppositoire, pis au plus chriss. Hourra pour Dada, Papa devait « travailler tard » ce soir-là sous prétexte que gros projet important pis grosses responsabilités pis toute, fac la douce job dudit suppositoire revenait à lui-même. Fac on r’vient de la garderie pis ça prend 40 000 heures parce que les fucking ponts sont fermés, pis c’est long. En arrivant à la maison, le p’tit a faim et veut une sandwich aux oeufs (quel étrange choix quand on est constipé, mais bon…), mais lorsqu’il s’assoit pour manger ça lui fait trop mal au ventre, donc c’est pas mal signe que ça presse. TSA oblige, Dada, sur l’inspiration du moment, sort la plasticine et un entonnoir (oui, pour le vrai), pis mime de quoi qui s’passe dans le bedon du p’tit quand tout son caca est jammé dans les fesses. Le P’tit regarde ça avec fascination puis Dada annonce qu’il faut donc maintenant lui mettre un « médicament » pour aider le caca à sortir. Le P’tit, grâce au spectacle de pâte à modeler, est finalement prêt. Donc je cours à la salle de bain, pogne l’objet de la tendresse pis revient vers mon enfant qui me fuit subitement, sa belle détermination ayant foutu le camp prestement, pantalons baissés et derrière recouvert d’une substance proche du Nutella. Au yable les beaux ongles et mes jolis pantalons, je prends le petit dans mes bras et le berce tout en chantonnant I Dreamed a Dream. L’enfant est semi-calme, la face rouge et la morve autour de la bouche, j’en profite pour faire la job, et lui donner mon arme secrète: une belle sucette verte.

Là, la peur pogne comprends-tu. Mon enfant crains le « médicament » comme je crains les extraterrestres. Il panique légèrement et je dois le retenir afin que mes beaux divans et murs blancs immaculés #Marilou reste blancs. Fac pas le choix, je recommence mes belles comptines et je berce mon enfant, assis sur un pouf de cuir (blanc évidemment, tout est blanc tendance chez nous sti). Je précise que mon enfant est fesses nus, ne l’oubliez pas. Et que le suppositoire fait peu à peu effet, donc ça juite c’t’affaire-là. Sur mes bras. Et mes mains. Et mes pantalons. Alouette! Petit Pou souffre, il a mal au ventre, il pleure, ça feel pas. Dada a le cœur brisé. S’il pouvait, il irait chercher le caca directement, mais il se garde une p’tite gêne. On rince tant bien que mal l’enfant, fait couler un bain pis tente de faire relaxer ce petit bedon et ces p’tites fesses-là. Après quelques minutes, miracle des Dieux de la porcelaine blanche et de tout ce qui est bon et beau! L’enfant dit: « Envie de caca! »

Sors l’enfant de l’eau, swing-le sur la toilette pis on s’accroche aux rebords. Avez-vous déjà été à genoux devant une toilette avec un dessin d’un enfant qui fait caca dans une main tout en caressant et réconfortant un enfant terrifié? Welcome to our life!

Finalement, tout est bien qui fini bien. C’EST sortit. Avec force violence et quasiment un bruit de « POP! » comme un bouchon sur une bouteille. Pour les curieux, voici une photo:

toilet_rainbow_postcard-r00426c2b43f94a7190d7ed0b20a27871_vgbaq_8byvr_400 (1)

Nah! On s’garde une p’tite gêne malgré tout.

Donc c’est ça qui est ça. Dada pis le p’tit ont sacré tout le linge, serviettes et tapis de bain dans la laveuse pis ils ont été prendre une bonne douche bien mérité. Papa est arrivé tout de suite après le dodo avec son Subway et ses sympathies. 

Nos soirées ne ressemblent pas toutes à celle-ci, rassurez-vous. Mais, enfant hors de la norme veut également dire parfois un quotidien juste une p’tite affaire pas pareille comme les autres. Fac on aime pis on sort les stratégies sur le fly pis on essaye des affaires, pis surtout, on en rit un bon coup une fois que c’est passé. Sur ce, bon restant de semaine.

Dada Blaise

Comic-Sketch-ShitHitFan

 

 

 

Plot Twist: Autisme!

ADVENTURES IN ADOPTIONLAND PART 4: PLOT TWIST: AUTISME!

 

Ouf! J’sais pas vous autres, mais ici on a eu toute qu’une rentrée scolaire! Une nouvelle école pour Dada, un nouveau bébé chaton qui nous réveille la nuit en nous sautant sur les gosses, des chaleurs intenses, le retour d’Occupation Double, mon p’tit qui a embrassé sa p’tite copine de garderie SUR LA BOUCHE, ma soeur qui s’est marié, j’me suis mis à faire du sport, pis, oh, oui, un p’tit diagnostic sur mon enfant, la déclaration officielle TSA. Il n’y a pas trente-six milles façon de l’annoncer. Après plus d’un an d’observation par divers petites madames bien intentionnés, du CLSC au pédiatre en passant par une voyante d’Outremont qui lit dans des boules de crystal, nous avons enfin eu notre verdict: notre p’tit garçon est autiste. Enfin, le nouveau terme est qu’il a un trouble du spectre de l’autisme.

La question qui reste est celle-ci: vais-je pouvoir devenir meilleur amis avec toutes les célébrités à la mode qui campagne pour la cause des enfants autistes? Peut-on toujours faire des blagues sur notre enfant et écrire les hauts et les bas de la vie familiale lorsqu’il y a un enfant TSA sous notre toit? Est-ce que mon enfant va être comme Dustin Hoffman dans Rainman et m’aider à faire fortune en escroquant les casinos?

Bien sûr, bien sûr au départ tout n’était pas hilarant et rose fleuri avec de la dentelle pis des pétales de fleurs. J’pensais être pas mal prêt à tout tsé. J’avais lu mes livres sur la normalité adoptive, sur les enfants adoptés. J’avais fait mes devoirs avec les livres sur les bébés, parcouru les forums, interrogés les matantes pis les belles-soeurs. J’avais réécouté De Quoi J’Me Mêle. J’étais prêt.

Pis of course, mon bébé est arrivé pis surprise, j’étais pas prêt finalement! T’as beau avoir lu ben des livres pis des regardé ben des films, y’a pas grand chose qui te prépare à changer une couche abondante dans une salle de bain sans table à langer dans un restaurant de Westmount tout en chantonnant Somewhere Over the Rainbown à un enfant pour qu’il se calme.

J’étais par contre pas vraiment préparé à me sentir poche la plupart du temps. J’étais pas mal confiant en mes habiletés parentales pourtant. Après tout, en tant que prof au primaire, j’étais capable de contrôler un groupe d’une vingtaine d’élèves, calmer des crises et attacher des souliers pis rezipper des manteaux d’hiver j’fais ça de toute ma sainte journée, fac j’pensais que je l’aurais facile. Quand j’ai vu mon p’tit la première fois, quand je l’ai pris dans mes bras pis que je l’ai bercé pendant que mon chum était parti acheté des trucs pis respirer dans un sac de papier avant d’hyperventiler par la nouvelle responsabilité d’un bébé, j’me trouvais pas mal bon. J’trouvais que ce p’tit-là pis moi, qu’on était pas mal destiné d’être ensembles. J’trouvais qu’il était à la bonne place, pis qu’on s’rait ben. Le sentiment était bien réel, bien incrusté dans mon coeur. On était meant to be. Flashfoward deux ans plus tard. Quand le Terrible Two commençait. Les crises, les pleurs, les demandes, les cris, les larmes, les crises, encore et encore.

Me semble que c’était difficile que j’me disais. Me semble que c’est, genre, câlissement difficile. Mais bon, l’internet tout entier semblait me dire que oui, élever des enfants était difficile. Pis que oui, le Terrible Two était assez intense, mais que c’était une phase. Une phase pis une autre pis une autre. Fac alors que le temps passait, j’en revenais à ce moment au tout début, entre mon p’tit pis moi, celui qui me disait qu’on était ben ensembles, que j’étais celui dont il avait besoin. Pis je continuais à me sentir poche, malgré les beaux compliments des amis pis de la famille pis du boyfriend. Fac j’ai persévéré, pis j’ai fait comme tout bon parent overwhelmed, j’me suis pitché un peu partout pour essayer à peu près n’importe quoi. Parce que les crises, elles arrêtaient pas. Les tantrums interminables, ils arrêtaient pas. Peut-être qu’on avait besoin de plus d’Omega-3. Peut-être qu’on avait besoin de plus d’air frais. Plus d’espace. Moins de gras trans. Une nouvelle chambre. Plus de probiotiques. Être plus sévère. Moins sévère. Parler en anglais. Une chambre avec des couleurs pastels. Des spinners? Jésus?

« C’est son âge. C’est normal. » ou « Le mien était pareil. Le mien a fait ça aussi. »Voilà ce que j’entendais à droite pis à gauche. Fac j’me disais que j’devais capoter. Ou ben que c’était l’adoption, la normalité adoptive. J’ai même écris là-dessus, parce que tsé, j’vide mon âme à tout bout de champ. Ce qui devenait mélangeant, c’est que mon cher et tendre démon aux yeux bleux et aux cheveux dorés comme le blé ne présente pas les signes habituellement associés à l’autisme. Ou du moins, l’image de l’enfant autiste que je m’était fait. Il est super affectueux. Me regarde dans les yeux. Veut mon attention. Parle comme nous. Puis, les signes pis les petites alarmes ont commencés à s’accumuler. Pis j’ai appris peu à peu à mieux comprendre l’autisme. 

Malgré la normalité adoptive, malgré son âge, malgré ceci pis cela, quelque chose semblait incertain. Il est vraiment doué avec les chiffres, genre un peu trop. Il alignait ses petites autos. Il a un gros imaginaire. Il a une obsession pour les horloges. Il a de la difficulté à jouer seul (voir incapable). Il frappait les amis, s’obstinait, se braquait aux changements. Et les crises…Oh boy. J’en ai parlé quelques fois sur le blog, mais des crises j’en ai vu, et ce de toutes les couleurs. Des crises terrifiantes où mon enfant se frappait la tête avec sa main, se cognait la tête sur le plancher, hurlait à en faire saigner les oreilles. J’exagérais pas quand je le comparais à Regan dans The Exorcist. Les chriss de crises, celles où j’allais m’enfermer dans ma propre chambre, que je devais barrer la porte et respirer à grand coups pour être certain de pas craquer. Parce que j’ai failli. Mon chum aussi. On a compris les parents qui pouvaient r’virer sur le capot. Ceux dont-on entend parler dans les nouvelles. Ceux qui ont enfermés leur p’tit dans la cave ou ben dans un garde-robe, ceux qui ont shakés l’enfant pour qu’il se ferme. Des sentiments noirs pis poisseux pis terrifiants. Pis au travers tout cela, il y avait toujours le même refrain d’un peu tout le monde:

« C’est son âge. C’est normal. » ou « Le mien était pareil. Le mien a fait ça aussi. »

J’ai essayé plus fort, plus ardemment. Aweille les ateliers créatifs pis les marionnettes pis les flûtes de pan relaxantes pis la lavande ingurgité de force. Ignorer ou ben tenir tête, les timeouts, les punitions, les récompenses, la prise de poids excessive pour noyer sa peine avec les chips du désespoir, tout y a passé. Arriver jour après jour à la garderie pis entendre les difficultés, les épreuves, les crises. Se débiner à tenter de trouver exactement où était le problème, parce que damn it, dans mon fin fond du fond, j’savais qu’il y avait quelque chose qui clochait. Pis finalement, ça s’est fait. Pas plus tard que la semaine passé. Fidèle à nous-mêmes, Papa pis Dada ont rigolés avec les pédopsychiatres et les spécialistes. Il n’y a pas eu d’énormes crises de larmes, pas d’arrachage de linge, pas de « DAMN YOU LIFE! » en hurlant vers le ciel. Juste un soulagement. Un énorme poids sur les épaules qui a disparu. Une piste à suivre. Un p’tit sentiment de: sti j’avais raison.

Fac on en est là. Savoir que mon enfant à un trouble du spectre de l’autisme a pas changé mon amour pour lui. Ça ne l’a pas changé non plus. L’étiquette que lui colle et qu’il aura toute sa vie ne le change aucunement à mes yeux. Il reste pareil, il est le même ti-gars qu’avant. Je ne crains pas l’étiquette qu’il a. Je ne crains pas le mot. Je sais simplement maintenant comment mon enfant fonctionne et comment j’vais faire pour l’aider au maximum de mes capacités.

Donc voilà pourquoi il y a longtemps que je n’ai pas écris. Il m’a fallu du temps pour savoir si je devais continuer ou pas. On est encore là finalement. Tant de questions et beaucoup d’incertitude, c’est pas mal le deal avec tout, n’est-ce pas?

Papa pis Dada pis le p’tit; notre famille juste un peu différente, avec maintenant un p’tit extra de pas pareil comme les autres!

 

Dada Blaise

Pour lire les autres aventures de l’adoption, c’est drette-là: 

Adventures in Adoptionland, PART 1: Ze Commencement

Adventures in Adoptionland, Part 2: Petit Pou Contre-Attaque! (Avec de l’amour!)

Adventures in Adoptionland, part 3: Ze Boutte Rough!