Une bien belle soirée ou Le P’tit VS le suppositoire

Vous vous demandez quel peut être le quotidien d’une famille homoparentale avec un enfant diagnostiqué TSA? Cherchez pas plus loin que drette-là. Attrapez votre pop-corn de la curiosité et votre Pepsi Diet déculpabilisant, pis join the fun!

Le P’tit, ce cher ange merveilleux pis donc bon pour faire des câlins pis faire rire la visite pis nous demander à tout bout de champ il reste combien d’heures avant l’Halloween, était constipé depuis une semaine et demi. Pouet Pouet indeed. Oui, les trucs de matante Suzie et Chantal Lacroix avaient bien été utilisés auparavant pour tenter de le soulager. Prunes juteuses, céréales bien fibreuses, Lax-A-Day, prières à Mr. Hanky the Christmas Poo, tout a été fait. Rien à faire, ce Petit Pou a le sphincter digne de la Muraille de Chine: il est impénétrable.

Rappelons-nous, grâce à cet article, que mon infant a une peur bleue de faire caca. En fait, il a plusieurs peurs concernant la défécation. Il a peur que le caca lui fasse mal. Il a peur que le caca bouche la toilette. Et il a peur de flusher la toilette, parce qu’il craint que la toilette déborde et que ça tombe sur lui. Bref, c’est la joie à chaque nouveau caca! Les enfants TSA ont plus souvent qu’autrement de gros problèmes de ce côté, parce que la plupart du temps, comme pour mon fils, ils sont VISUELS. C’est-à-dire que le traitement de l’information se fait nécessairement mieux avec un contact visuel. La question était maintenant à savoir, de comment faire pour que mon enfant visualise bien son caca?

Parce que pour l’instant, ça n’allait pas très fort. La technique préféré de mon fils lorsqu’il a envie d’un #2 est de croiser solidement les jambes, raidir son corps en entier et espérer que personne ne le remarque tout en retenant le brown stuff le plus longtemps qu’il est humainement possible. Petites fesses serrées veut également dire que petites traces (ou chriss de grosses, c’est selon) de break passe à travers pour aller bien beurrer le tout.

So, après un si long moment sans caca, Petit Pou avait genre un peu beaucoup mal au ventre et à la vie en général. Il avait la mauvaise humeur au fin fond du fond, pis tout le monde, même Bob le chat en avait pas mal ras le bol. Aux grands maux les grands moyens: ça prenait un suppositoire, pis au plus chriss. Hourra pour Dada, Papa devait « travailler tard » ce soir-là sous prétexte que gros projet important pis grosses responsabilités pis toute, fac la douce job dudit suppositoire revenait à lui-même. Fac on r’vient de la garderie pis ça prend 40 000 heures parce que les fucking ponts sont fermés, pis c’est long. En arrivant à la maison, le p’tit a faim et veut une sandwich aux oeufs (quel étrange choix quand on est constipé, mais bon…), mais lorsqu’il s’assoit pour manger ça lui fait trop mal au ventre, donc c’est pas mal signe que ça presse. TSA oblige, Dada, sur l’inspiration du moment, sort la plasticine et un entonnoir (oui, pour le vrai), pis mime de quoi qui s’passe dans le bedon du p’tit quand tout son caca est jammé dans les fesses. Le P’tit regarde ça avec fascination puis Dada annonce qu’il faut donc maintenant lui mettre un « médicament » pour aider le caca à sortir. Le P’tit, grâce au spectacle de pâte à modeler, est finalement prêt. Donc je cours à la salle de bain, pogne l’objet de la tendresse pis revient vers mon enfant qui me fuit subitement, sa belle détermination ayant foutu le camp prestement, pantalons baissés et derrière recouvert d’une substance proche du Nutella. Au yable les beaux ongles et mes jolis pantalons, je prends le petit dans mes bras et le berce tout en chantonnant I Dreamed a Dream. L’enfant est semi-calme, la face rouge et la morve autour de la bouche, j’en profite pour faire la job, et lui donner mon arme secrète: une belle sucette verte.

Là, la peur pogne comprends-tu. Mon enfant crains le « médicament » comme je crains les extraterrestres. Il panique légèrement et je dois le retenir afin que mes beaux divans et murs blancs immaculés #Marilou reste blancs. Fac pas le choix, je recommence mes belles comptines et je berce mon enfant, assis sur un pouf de cuir (blanc évidemment, tout est blanc tendance chez nous sti). Je précise que mon enfant est fesses nus, ne l’oubliez pas. Et que le suppositoire fait peu à peu effet, donc ça juite c’t’affaire-là. Sur mes bras. Et mes mains. Et mes pantalons. Alouette! Petit Pou souffre, il a mal au ventre, il pleure, ça feel pas. Dada a le cœur brisé. S’il pouvait, il irait chercher le caca directement, mais il se garde une p’tite gêne. On rince tant bien que mal l’enfant, fait couler un bain pis tente de faire relaxer ce petit bedon et ces p’tites fesses-là. Après quelques minutes, miracle des Dieux de la porcelaine blanche et de tout ce qui est bon et beau! L’enfant dit: « Envie de caca! »

Sors l’enfant de l’eau, swing-le sur la toilette pis on s’accroche aux rebords. Avez-vous déjà été à genoux devant une toilette avec un dessin d’un enfant qui fait caca dans une main tout en caressant et réconfortant un enfant terrifié? Welcome to our life!

Finalement, tout est bien qui fini bien. C’EST sortit. Avec force violence et quasiment un bruit de « POP! » comme un bouchon sur une bouteille. Pour les curieux, voici une photo:

toilet_rainbow_postcard-r00426c2b43f94a7190d7ed0b20a27871_vgbaq_8byvr_400 (1)

Nah! On s’garde une p’tite gêne malgré tout.

Donc c’est ça qui est ça. Dada pis le p’tit ont sacré tout le linge, serviettes et tapis de bain dans la laveuse pis ils ont été prendre une bonne douche bien mérité. Papa est arrivé tout de suite après le dodo avec son Subway et ses sympathies. 

Nos soirées ne ressemblent pas toutes à celle-ci, rassurez-vous. Mais, enfant hors de la norme veut également dire parfois un quotidien juste une p’tite affaire pas pareille comme les autres. Fac on aime pis on sort les stratégies sur le fly pis on essaye des affaires, pis surtout, on en rit un bon coup une fois que c’est passé. Sur ce, bon restant de semaine.

Dada Blaise

Comic-Sketch-ShitHitFan

 

 

 

C’est d’la marde! (Littéralement)

Un parent se dévoue corps et âme pour son enfant. La maman, bless her vagina, se fend littéralement en quatre pour lui donner la vie. Un parent donne de son temps, son savoir et surtout, son énergie vitale pour que son enfant apprenne à parler, marcher, sauter, compter, reconnaitre ses couleurs et écrire son nom, pour qu’il soit un adulte fonctionne et SURTOUT pour impressionner les autres parents de la garderie. Mais s’il y a bien une facette de l’apprentissage qui est ingrate pour un parent, c’est l’apprentissage de la propreté.

 

Un enfant devient ou bedonc propre d’un coup ou il s’en sacre complètement. Il n’y a pas d’entre deux semble-t-il. Pis vous aurez beau avoir tout acheté la panoplie de Pull-Ups qui s’illuminent ou qui ont un signal d’alarme quand c’est mouillé, les tableaux de récompenses, les promesses de Skittles et les beaux collants, il n’y a rien qui pourra vous préparez à shaker un petit pot de plastique au-dessus d’une toilette afin d’y décoller la crotte humide qui descend d’une lenteur d’escargot. Vous aimez laver des traces de break dans des petites culottes? Vous aimez arracher des petits morceaux de caca séchés dans le fond de ladite culotte? Alors l’apprentissage de la propreté sera une partie de plaisir pour vous! Vous adorerez également l’appel élégant qui résonne dans toute la maison : « J’AI FINI! », et vous serez aux anges lorsque vous arriverez dans la salle de bain pour voir votre enfant se présenter les fesses en l’air. Torche et essuie esclave. Si vous avez un chien, il faut également surveiller le p’tit fucker qui peut MANGER LE CACA alors que vous essuyez les fesses gigotantes de votre enfant. Aussi, à force de passer des heures à laver et essuyer du caca frais, l’odeur s’imprègnera à vos cheveux et poils de narines et vous aurez l’impression que tout dans votre maison sent la marde. Ne vous en faites pas, en fait ce n’est que vous qui sentez la marde parce que vous en avez en-dessous des ongles et vous ne vous en êtes pas rendu compte! Des heures et des heures de plaisir.

Bon, bon, d’accord. Nous ici nous avons un cas spécial, normalité adoptive pis toute venant jouer sur le comportement propreté de notre enfant. L’âge moyen d’un enfant propre est autour de 2, 3 ans selon les matantes. Ici, Petit Pou a été propre autour de 2 ans. Whoah, pourquoi tu chiales espèce de beau menteur aux yeux d’azur vous demandez-vous? Mon enfant à été propre pour le pipi en une journée. Pipi dans la toilette, pas de petites culottes ou draps mouillés. Facile, facile, facile. Tellement que j’étais prêt à me vanter à quiconque que, phhhff, y’a rien là voyons donc. Surtout que dans les cas d’adoption, l’apprentissage à la propreté peut s’étirer jusqu’à cinq, six ans et plus selon les cas. Mais le numéro 2. Oh numéro 2….tu me fais vraiment chier. Petit Pou étant qui il est, c’est à dire insécure et anxieux, a développé une peur bleu de faire caca sur une toilette. Il a donc l’habitude de se retenir avec élégance lorsque le cigare se présente au bord des lèvres. Subtilement, il se cache derrière une colonne ou un divan, les jambes croisés, les yeux cross side, pis il attend que ça passe, en espérant qu’on ne le remarque pas. Il faut donc s’armer de patience et de vitamines jujubes en forme de poisson, pour le convaincre d’aller sur le petit pot pour faire son trésor brun.

Il a aussi la folle habitude d’avoir envie de caca aux meilleurs moments, soit lorsqu’on vient de s’asseoir pour souper, à la piscine, à un party de fête extérieur avec aucune toilette en vue, en visite chez l’arrière-grand-mère dans un centre de personnes âgées ou lorsque Papa pis Dada se magasinent se font à croire qu’ils sont riches en regardant de nouveaux meubles chez Roche Bobois. Enfant qui se retient avec la force du désespoir égale généralement des petites fesses beurré bien épais. Essayez d’essuyer ça avec 3 petites serviettes humides Pampers tout en gardant un jeune bambin immobile.

Mais pourquoi a-t-il peur de faire caca ainsi?

Voici la coupable:

toliet-ap-080215.jpg

Cue musique de Psycho: Twii! Twii! Twii!

 

Les toilettes publiques. Apprendre la propreté à un enfant veut dire qu’il vous faudra visiter les toilettes publiques, genre TOUTES les toilettes publiques que vous rencontrerez lors de vos périples hors de la maison. Petit Pou en était à ses débuts de la propreté. Pis comme tout enfant, il a eut envie de caca. Il voulait aller sur la toilette, tout seul, comme un grand. Il voulait lui aussi faire l’expérience de siège imbibé de vieille urine dans une odeur de négligence humide. Alors le voilà assis sur la toilette, s’accrochant aux rebords de la toilette comme Jack et Rose s’accrochaient à la vie sur leur petit radeau. Il pousse son petit caca lorsque, HORREUR, la toilette, écœuré d’attendre après mon enfant, a décidé de flusher toute seule. Si pensiez avoir déjà vu une expression de terreur pure sur un visage, vous n’avez pas vu celle qui était sur le visage de mon enfant. Et depuis ce jour, mon cher petit est terrifié à l’idée de s’asseoir sur le bol de toilette, de peur qu’elle décide de flusher toute seule et qu’elle l’avale.

La solution?

Y’en a pas. Pas à pas, caca par caca, encouragements par encouragements, on s’éloigne du petit pot et on s’approche de la toilette. Et je me suis aussi résigné que mon enfant devrait être propre d’ici son entrée au secondaire.

Ou vous pouvez faire comme ce couple de pédiatres Californiens qui ont mis leur nouveau-né propre à 1 mois. Ou fuck you tout simplement.

Dada Blaise