La Pas-Sieste ou « Moment de Repos »

Je ris toujours violemment en saignant du nez quand quelqu’un m’affirme avec gentillesse que les siestes sont primordiales et très, très importantes. Je le sais qu’elles sont importantes, vitales même, principalement pour le parent. Les siestes font la différence entre un parent heureux et épanoui qui semble tout droit sorti d’un catalogue J. Crew  et le parent qui ressemble à un criminel qui vient tout juste d’être relâché d’un pénitencier, poilu, confus, avec du linge ample, un soulier en moins et arborant un regard psychotique. Malheureusement pour notre foyer, le p’tit a décidé il y a de ça plusieurs mois déjà qu’il n’y aurait plus de siestes dans cette maison. Je sais ce que vous vous dîtes. « Ben voyons, c’est toi le parent, c’est toi qui décide. » Sur ce je répondrai: « Mange du poils. »

C’est connu, l’heure propice à la sieste est tout juste après le dîner, quand votre rejeton s’est bourré la face dans le yogourt et les fruits en ne touchant aucunement à votre pâté au poulet que vous aviez préparé avec amour en l’achetant tout fait au Maxi pour le faire réchauffer cinq minutes au micro-ondes. Peu après le dîner, il existe un moment en particulier où l’enfant peut, l’espace de quelques secondes, ressentir une légère pointe de fatigue. Vous pourrez le voir se frotter les yeux ou bien bailler ou bien regarder le néant. C’est à ce moment qu’il faut agir au plus chriss et précipiter l’enfant dans sa chambre pour la petite histoire, la chansonnette et les caresses dans le dos. Chez Papa pis Dada, le p’tit n’a pas cette seconde où il ressent le sommeil. Ou bien si il l’a, c’est un quart de millième de micro-seconde. Dans le temps qu’il faut pour dire:  » Hyperactif », le p’tit est reparti pour un après-midi de plaisir débridé et pitchage de coussins décoratifs sur le plancher. Certains enfants s’épuisent facilement, se fatiguent et s’endorment dans toutes sortes de positions cocasses durant l’après-midi même s’il refuse de se couchere, pour le plus grand plaisir des mères Instagrammeuses et Pinteresteuses qui créent des univers ludiques autour de leur bambin endormi (MAIS OÙ TROUVENT-ELLES LEUR ÉNERGIE SACRAMENT? XANAX? COCAINE? JE T’HAIS ARTISTE QUI A DU TALENT!).

 

Pas dans ma maison. Ici, plus la fatigue grandi, plus l’énergie du désespoir abonde dans le petit corps dodu de mon enfant, tel un écureuil sur le crack qui aurait ingéré 4 kilos de cocaïne en douce. Les culbutes et les sauts de voltige vont bon train alors que je cherche désespérément le moindre signe de faiblesse pour commencer la routine de la sieste. La plupart du temps, j’affronte le moment de la sieste avec la résolution d’Helen Hunt face à la tornade: je suis déterminé et mes cheveux restent en place malgré la tempête formidable que je m’apprête à affronter. Convaincre mon enfant d’aller faire un sieste n’est pas chose simple. Il faut faire plusieurs détours, répondre à plusieurs caprices et rafale de questions existentielles sur l’origine des nuages, si le Père Noël arrive bientôt, combien de bonbons il pourra manger après le souper et pourquoi le chocolat est la même couleur que son caca. J’aimerais vous dire qu’après mes nombreux efforts le petit fini par s’endormir dans son lit l’espace d’une heure, le temps que j’aille m’endormir moi-même évaché devant une série à la mode sur Netflix avec une palette de chocolat d’Halloween dans la yeule, mais c’est tout le contraire. Il refuse obstinément le sommeil. Il a alors droit à un « Moment de Détente », c’est-à-dire un moment où il est seul, dans sa chambre, la porte fermée, là où il peut tranquillement profiter d’un moment seul avec des livres qu’il aura préalablement câlicer au bout de la pièce tout en réfléchissant sur sa condition d’enfant de 3 ans en bûchant sur le mur et en hurlant qu’il « adore pas ça me reposer! ». Après quelques agréables moments à passer ainsi à me ronger la corne des pieds en cherchant sur Google: « Porte Coupe Son. », je me suis dit que j’étais mieux d’arrêter le « Moment de Détente » avant qu’il y est un trou dans le gyproc de la chambre. J’ai également essayer de mixer de la camomille, du passiflore et quelques pilules de gravol écrasé dans son jus d’orange, mais il était difficile à réveiller par la suite…(je blague…presque.)

Finalement, c’est le p’tit qui a gagné. La Pas-Sieste à lieu tout les jours à présent. À la garderie il reste tranquille sur son petit matelas sans bouger, mais ici nope! Alors j’ai l’immense plaisir d’écouter les 30 premières minutes de Monsters Inc ou le même épisode de 4 minutes de Mickey Mouse en boucle pendant une bonne partie de l’après-midi collé contre mon enfant et à écouter ses questionnements et ses histoires de dragon qui mange les orteils des enfants qui font des culbutes. Ça pourrait être pire, je vous l’avoue. C’est le prix à payer, mais je sais comment gérer la tornade à présent: je me met à l’abris, j’m’accroche à ce que je peux pis j’attends que ça passe.

Et bonus: à 7h30 pile (genre), le p’tit dort à poing fermés, tout écarquillés dans son p’tit lit douillet. Aweille sur Netflix!

Dada Blaise

 

 

 

Comment Faire le Deuil de son Sommeil

« En cette année 2016 – Sommeil, résident de la vie d’adulte, nous a quitté. Son départ semblait inévitable depuis 2013, mais il a confirmé hier soir qu’il ne revenait pas, et ce peut-être à jamais. Sommeil était un habitué des virées nocturnes et des après-midi de pluie battante. Il aimait la fraîcheur, les grosses doudous chaudes, le calme et foutre la chienne par moment. Sommeil laisse dans le deuil Papa pis Dada. Des cadeaux et remerciements seraient appréciés. Pour avoir l’adresse, veuillez écrire à Papa pis Dada sur leur page Facebook. Votre chéquier est tout indiqué. »

J’vous apprends rien, être parent signifie qu’on est fatigué.

La raison? JE L’SAIS PAS ESTI La raison peut varier d’âge en âge, c’est ce qui est chiant merveilleux à propos des enfants. Ces temps-ci, mon tendre p’tit a décidé que l’heure parfaite pour se réveiller tournait autour de 4:30 du matin, et ce à chaque fucking matin. C’est peut-être la raison qui explique pourquoi j’me sens légèrement, just a smidge, chrissement fatigué. Mais qu’à cela ne tienne. J’ai du dire adieu à Sommeil, mon tendre amant depuis toujours et comme pour tous les grands deuils, j’ai du passer au travers les différentes étapes. J’vous les présente pour vous aider, chers lecteurs/lectrices, à mieux comprendre le départ de Sommeil.

giphy-1

Adieu doux Sommeil…

1ère étape – Le Choc

Vous dormez profondément dans votre grand lit chaud et confortable, rêvant que vous êtes marié à Hugh Jackman et qu’il vous annonce qu’il a découvert une rare sorte de crème glacée qui fait maigrir quand brusquement, un jeune enfant défonce littéralement votre porte et demande à avoir des toasts, du lait et ce jouet en particulier, t’sais ce jouet-là spécifique que vous n’avez pas vu depuis 1 an?, oui celui-là, ben il le veut, pis toute de suite toi chose. Après avoir marmonné des « kess tu fais là? », « va te recoucher. » et « demain j’mets le verrou à la porte », vous prenez le temps de vérifier sur votre iPhone éclatant dans le pénombre qu’il est minuit lorsque vous réalisez avec horreur que le p’tit a raison, c’est bel et bien le matin, il y a le soleil pis toute dehors, dumbass. C’est seulement une version différente de votre matin habituel. Une version merdique, mais une version qui existe malgré tout. Alors que vous vous levez, réalisez subitement que Sommeil est parti. Il n’a même pas laissé de note ou d’héritage.

 

2e étape – Retarder l’inévitable

Installez-vous sur le fauteuil après avoir convaincu votre p’tit d’écouter la télévision au lieu de sortir le kit MagicSand qui est conçu spécifiquement pour s’infiltrer dans les p’tites crevasses du plancher et y rester à jamais. D’un œil à moitié fermé, zappez rapidement entre PatPatrouille, Dora et Tchoupi ou une combinaison des trois selon les demandes spécifiques du p’tit. Croyez naïvement que le p’tit restera assis sagement pendant 3 ou 4 émissions et que vous pourrez dormir ou du moins vous reposer un peu. Trompez-vous de piton et tombez sur Cloud Babies, gâchant le reste du matin pour tout le monde. Réalisez que votre journée est bel et bien commencée et que Sommeil ne semble pas vouloir revenir.

3e étape – Le Déni

Avez-vous tant besoin de dormir que ça? Avez-vous tant besoin de Sommeil? Sure, vous pourriez abandonner tous vos plans de la journée et vous balancer d’avant en arrière, recroquevillé en boule en mâchonnant Sophie la Giraffe pour calmer vos nerfs et somnoler par intervalles de 30 secondes, mais ça, c’est pour les faibles. Vous êtes un gagnant. Vous êtes fait fort. VOUS POUVEZ LE FAIRE! Fuck you Sommeil.

4e étape – L’acceptation

VOUS NE POUVEZ PAS FAIRE ÇA! Revient Sommeil! Je ne pourrai pas affronter la journée sans toi! Comprenez peu à peu que votre p’tit est parti pour la gloire lorsqu’il a décidé de roter l’alphabet en entier et qu’il est à peine 8:00. Comprenez que vous n’avez d’autre choix que de vous habiller afin de sortir dehors. Comprenez que le parc et rempli d’enfants heureux qui piaillent et crient avec férocité. Comprenez que c’est ça votre vie maintenant. Comprenez que Sommeil ne reviendra pas.

5e étape – Prendre des médicaments

Prenez-vous un bon café! Prenez-vous un gin! Prenez-vous un bon café avec du gin dedans! Puis bourrez-vous la face avec les Goldfish et des toasts Melba trempés dans la vinaigrette César. Terminé le tout avec une cuillerée de confiture aux fraises Bonne Maman direct dans yeule. Yes! Le high et mélange de sucre, café, gin et vinaigrette vous boost d’énergie pour 2 minutes d’intensité terrifiante! Vous êtes à la veille de passer dans une autre dimension! Vous avez quelque chose de mieux pour remplacer Sommeil! Hourrah!

 

6e étape – La Dépression

Le cocktail café/gin/César/confiture n’était pas super bon. Vous devez immédiatement vous rendre à la salle de bain. Anéanti par le mal de ventre et l’impression que le monde entier se lie contre vous, sortez votre téléphone et réfugiez-vous sur Instagramm. Pendant que votre p’tit déroule le papier de toilette partout, allez copier/coller les photos de Marilou croppez lui la face et postez-les sur votre compte, dans l’espoir de recevoir quelques likes et vous sentir mieux. Pleurez la perte de Sommeil à chaudes larmes.

7e étape – La Colère

Vous vous en êtes sorti presque indemne et surveillez votre horloge en réalisant avec furie que le 5:30 est passé. Quelque chose cloche. Sommeil ne reviendra pas de si tôt et ça vous fait chier, mais il manque quelqu’un d’autre. Votre fucking mari. Le texto suivant apparaît sur votre téléphone: « J’viens de partir de la job. »

Deux options s’offrent à vous. Dignité et compréhension ou psychotique et pleurnichard. Choisissez la deuxième option en textant: « Correct…mange d’la marde! ». Buvez le gin à même la bouteille, au yable les apparences. Fuck you Sommeil. Fuck you husband. Fuck you blanc immaculé chez Marilou. Fuck everything!

8e étape – Le Marchandage

Vous vous rappelez qu’en début de journée tout ce que vous vouliez était de vous effouarer sur le divan et vous évanouir d’épuisement? C’est le temps! Mais, guess what, le p’tit dort, donc vous vous sentez maintenant FUCKING GREAT!

Pourquoi aller vous coucher quand vous avez toute la soirée pour vous-même! Tellement d’options s’offrent à vous que s’en est presque trop! Qu’allez-vous faire? Vous asseoir sur le divan et regarder à moitié la télévision tout en gossant sur votre téléphone ou…bah c’est pas mal tout ce qui vous tente de faire. La soirée avance et Sommeil semble vouloir revenir, mais là ça ne vous tente pas de le voir tout de suite. Vous allez vous coucher tout de suite après vos émissions, c’est promis! Vous voulez seulement profiter de votre liberté. Et des émissions de Canal Vie.

9e étape – L’insomnie

11:42. Heure parfaite pour retrouver Sommeil. Oups! Il est reparti le salaud! Couchez-vous dans votre lit et attendez qu’il revienne. En attendant, vous vous rappelez de la fois au secondaire que vous avez atchoumé une grosse morve dégueulasse en plein pendant le cours de math? Et la fois que vous avez dit « vagenda » ou lieu de « agenda »? Continuez de farfouillez les méandres de votre esprit en vous posant une litanie de questions du genre: « Pourquoi il ne font plus de biscuits Avalanche, c’tait bon pourtant? » « Ville d’Anjou c’tu dans Montréal ça? » « Demain c’est le recyclage. » « Le monde m’haït-tu ou ben j’suis parano? » « C’est décidé, demain j’vais couper le sucre. »

Faîtes vous subitement prendre par derrière par Sommeil, tombez endormi et répétez les étapes à nouveau, ad infinitum.

Dada Blaise

Si vous avez aimé cet article, partagez-le en cliquant su’l ti piton partage. Ou amenez moi magasiner. J’ai besoin de sortir de chez nous.

Une matinée avec le p’tit

 

Beaucoup a été dit sur les bienfaits d’être un lève-tôt. Fouillez su’l Net et vous trouverez 56 017 articles qui expliquent en long et en large comment les personnes qui se lèvent en même temps que le soleil sont plus proactif, ont de meilleurs résultats à l’école, sont plus heureux, peuvent transformer l’eau en vin et ont plus de chance de devenir PDG d’une grosse entreprise. Autrefois, j’étais une de ces personnes. J’aimais me lever tôt. Mais j’ai eu un enfant et j’ai appris qu’est-ce que c’était le sens du mot « tôt ». Et le sens du mot « têtu ». Mon p’tit adore le soleil, semble-t-il, et aime se lever en même temps que lui. Et là partez pas en peur avec vos cinquante millions de trucs pour qu’il reste couché plus longtemps. Matante Suzie me les a déjà dit, mais j’ai des principes et je ne crois pas que donner une shot de gin à mon garçon de 3 ans est tout indiqué afin qu’il dorme plus tard le matin. De toute façon, les trucs de Matante Suzie ne fonctionnent pas pour endormir notre p’tit.

Encore une fois j’ouvre grandes les portes de mon intimité et vous partage l’horaire de notre « matin ». Note: le matin débute relativement tôt chez nous.

 

1h01.       Toute la maisonnée dort à point fermé sous la lumière bleutée de la lune paisible. Subitement, le voisin de Papa pis Dada a une envie soudaine et pressante de démonter sa piscine hors terre. Vite, il sort dehors et se met à la besogne. Il utilise deux outils: une massue et la discrétion d’une jeune universitaire qui rentre chez elle saoule à 3hres du matin. Les raclements de métal et les coups tonitruants, étrangement, réveillent tout le monde dans la maison.

1h03.      Le p’tit est terrifié et Dada se lève pour aller le consoler. Les cris du p’tit doublent d’intensité lorsqu’il aperçoit que Dada n’a pas de pantalon. Dada va s’habiller et reviens, ayant ainsi traumatisé son enfant à tout jamais.

1h04.     Pendant ce temps, Papa se lève et pense à la dernière minute d’enfiler quelque chose, puis il sort sur le perron. Il salue le voisin d’un viril « heille gros épais » et lui demande gentiment d’arrêter de varger comme un malade en pleine nuit. Le voisin se confond en excuse et réalise qu’effectivement, il fait noir dehors. Il retourne à l’intérieur.

1h30.     Tout le monde se recouche et s’endort relativement vite. Sauf Dada qui gosse sur  Pinterest pour trouver une idée de bricolage qui occupe un enfant de 3 ans pendant 4 heures d’affilée.

2h00.     Dada, de fil en aiguille, est maintenant en train de lire des histoires d’horreur de gens qui affirment s’être fait enlever par des extraterrestres en pleine nuit. Bravo.

3h02.      Dada s’endort en position fœtale, terrifié et se traitant d’innocent d’avoir lu ces histoires.

3h33.       Le p’tit se réveille brusquement et fait son chemin discrètement vers la chambre de Papa pis Dada. Au lieu de hurler son habituel chant mélodieux, il utilise sa nouvelle technique préférée: « J’me plante à côté du lit et je te fixe comme un creepy little silent demon. ». Dada se réveille et passe proche d’y sacrer un coup de poing tellement il fait le saut.

3h35        Dada passe un bon 2 minutes à se demander si c’est bel et bien son enfant et non pas Mac, du film Mac et Moi, qui est venu l’attaquer.

 

mac-3.jpg

Chriss de film…R’garde moi ça?! WTF!? Pis c’était censé être un film pour enfant? Fuck you Super Écran 1988, tu as gâché mes nuits!

 

3h39.       Dada ramène le p’tit qui est plus ou moins d’accord d’aller se recoucher et le fait savoir avec de subtils commentaires comme: « pas gentil », « pas dodo », « noooooooonnnnn » et « tu vas connaître toute la puissance de ma colère » avec une voix d’outre-tombe.

3h44.       Le p’tit boude à côté de son lit, refusant catégoriquement de se recoucher. Dada s’effouare dans la chaise berçante et se berce tout seul.

3h45.       Dada passe proche de s’endormir, ce qui insulte le p’tit. Il hurle qu’il veut se coucher. Dada couche le p’tit.

3h47.       Le p’tit affirme qu’il a peur et réclame un câlin. Dada en fait un.

3h48.       Le p’tit veut un bisou. Dada en donne un.

3h49.       Le p’tit veut sa doudou. Dada lui donne.

3h50.        Non, la doudou doit aller SUR sa tête. Dada place la doudou.

3h51.         Le p’tit veut son toutou. Lequel? À Dada de savoir par le biais du langage télépathique qu’offre le p’tit.

3h52.         Dada donne le toutou lapin, ce qui n’était clairement pas le bon choix. Le lapin revole dans le couloir.

3h53.         Dada menace d’amener les toutous faire dodo avec lui ou les mettre dans les vidanges si le p’tit se décide pas. Le p’tit affirme qu’il n’a JAMAIS voulu de toutou. Dada se demande si on peut faire une crise de coeur tellement on est en esti

3h55.        Le p’tit veut une gorgée d’eau. Dada passe proche de lui lancer le verre au visage, mais il se rappelle qu’on est pas dans Les Fleurs sur la Neige, donc il donne une gorgée d’eau à son enfant.

3h56.       Le p’tit refuse de s’endormir seul. Dada, abandonnant toutes prétentions qu’il a le dessus sur la situation, s’installe à côté de son p’tit.

3h59.      Le p’tit pète sa coche violemment parce que clairement, Dada n’a pas compris le message. Il veut dormir SEUL dans son lit, mais Dada doit tout de même rester tout près.

4h.      Dada s’agenouille près du lit et dépose sa tête sur le bord en une position ultra comfortable. Il aimerait bien dormir, mais les 45 000 lumières et veilleuses qui éclairent la pièce avec une puissance équivalant d’un followspot de l’Olymia l’empêche de dormir.

4h06.      Le p’tit chante l’alphabet en chuchotant. Dada contemple l’idée d’acheter un billet pour la Floride pour une semaine, seul.

4h08.      Le p’tit s’endort subitement après le « T ». Rapidement, Dada retourne dans son lit tout en riant/pleurant.

4h09.      Papa a profité de l’absence de son conjoint pour dormir en diagonale. Comme il mesure 6’2 et est bâtit comme un bucheron, il ne reste pas grand place. Dada qui ne trouve plus aucune trace de patience en son corps, intime « gentiment » son conjoint de se tasser parce qu’il prend toute l’esti de place.

5h32.     Rise and shine motherfuckers! Les premiers rayons de soleil se pointent le bout du nez et le p’tit se réveille frais comme une rose.

5h34.      Le p’tit court vers la chambre de ses parents en hurlant « C’est le matin! ». Papa pis Dada jouent au jeu de « Qui peut faire semblant qu’il dort le plus longtemps avant que l’autre réagisse ». C’est Dada qui gagne, principalement parce qu’il a fait du théâtre au secondaire, donc il est un EXCELLENT acteur.

5h32.      Papa marmonne quelque chose et le p’tit encourage son père à parler clairement en s’approchant à deux pouces de sa face et en lui agrippant les joues.

5h37.     Papa explique que c’est encore la nuit. Le p’tit explique que non, c’est le matin, il y a le soleil dumbass. Devant une telle logique implacable, Papa ravale ses arguments et quelques gros mots et redirige subtilement son enfant vers sa chambre. Papa remarque alors par la fenêtre du salon qu’une voiture est stationnée juste devant la maison. Alors qu’il tient la main du p’tit, il scrute attentivement la voiture, parce qu’il est du genre scèneux et belette un peu sur les bords.

5h40.     Pas de doute, il y a bel et bien un couple de jeunes collégiens qui forniquent à bouche que veux-tu dans la voiture stationné devant la maison. On peut même entendre les grincements de chucks et le klaxon qui résonne lorsque la collégienne presse ses gros seins contre le volant. Oups, I’m so clumsy!

5h41.      Le p’tit demande quel était ce bruit. Papa entraîne le p’tit dans sa chambre.

5h47.     Le p’tit a « accepté » de se recoucher dans son lit, après beaucoup de persuasions. Papa s’installe dans la chaise berçante.

5h48,     Le p’tit fixe son cadran GRO-CLOCK et a décidé qu’il allait annoncer chaque changement d’heure à son père.

5h49.     « Papa! », jubile le p’tit, « 5, 4, 9! ».

5h50.     « Papa! », s’exclame le p’tit, « 5, 5, 0! »

Le p’tit répète ainsi jusqu’à plus soif.

6h03.      « Papa! », s’exulte le p’tit, « 6, 0, 3! »

6h04.       Papa a découvert qu’il était capable de dormir les yeux ouverts. Le p’tit arrête de compter et cherche un autre moyen pour énerver son père.

6h12.       Après avoir entendu son nom répété 54 fois, Papa se lève. Le p’tit également, en imitant le cri du gorille. Papa à déjà hâte d’avoir un deuxième enfant.

6h15.      Le p’tit refuse d’aller à la toilette, alors Papa lui demande d’attendre dans la cuisine.

6h17.     Le p’tit surgit dans la salle de bain, car il semble avoir compris que Papa voulait un auditoire. Il s’approche le plus près possible de son père et le complimente sur la force de son jet. La maison de Papa pis Dada regorge de bons compliments comme ceci.

6h23.     C’est le temps de déjeuner! Le p’tit veut une toast et semble horrifié quand Papa lui propose de manger autre chose pour une fois. Le p’tit explique qu’il veut une toast et également qu’elle soit découpée en forme de Zuma dans PatPatrouille. Le p’tit fini avec une rôtie au beurre d’arachide et un « là c’est la toast ou rien, correct? ».

6h25.     Le p’tit mange allègrement et est heureux. Papa pleure silencieusement dans son café.

6h30.     Dada se réveille et sort de la chambre. La lumière semble soudainement plus scintillante et on entend du Pucini en background. Les voisins se sont rassemblés pour observer ce moment tellement c’est beau à voir.

6h40.    Papa pis Dada mangent en silence. Le p’tit lâche un « maudit soleil! » et ils reconnaissent leur propre caractère maussade en leur fils. Ils sont tous les deux fiers.

7h.         Tout le monde a terminé de manger. Il faut maintenant s’habiller. Kill me now.

7h04.      Le p’tit a du beurre de pinotte et de la confiture dans le nez et les cheveux. Good start!

7h06.      Après avoir couru après son enfant avec une débarbouillette, Dada va choisir les vêtements pour la journée.

7h07.      Yark! Quel choix horrible! Le p’tit lui fait savoir QUELS vêtements il voulait réellement: des jeans rouges et un coton ouaté double épaisseur jaune. Le look Ronald McDonald.

7h08.       Dada tente de mettre les jeans rouge, mais le p’tit s’enfuie dans la maison nu fesses.

7h09.       Dada se dit qu’il chérira ces moments jusqu’à sa mort. Qui risque d’être bientôt avec toute ces montées de pression artérielle.

7h11.         Dada habille le p’tit et se créerait à un match de lutte. Il réalise qu’il vient de faire son cardio pour la semaine juste en habillant le p’tit. Il se récompensera pour ses beaux efforts physiques en s’achetant un Cappuccino glacé en allant travailler.

7h13.         Le p’tit décide que c’est le moment idéal pour sortir le jeu avec cinquante millions de morceaux et de bidules complexes.

7h15.         Oups, la moitié du jeu chriss le camp par terre et les morceaux et figurines roulent partout dans le salon. Le p’tit passe en mode dramatique.

7h18.        Papa pis Dada se fendent en quatre pour trouver tous les foutus morceaux et jurent contre leur ami qui a osé acheter un tel jouet à leur enfant. Ils décident qu’ils se vengeront en achetant un jouet à la musique tonitruante à leur ami lorsqu’il aura un bébé. Le p’tit est toujours en mode dramatique.

7h19.       Papa pis Dada n’ont jamais eut aussi hâte d’aller travailler de leur vie. Le p’tit veut mettre ses bottes de pluie. Whatever.

7h21.        Papa et le p’tit quittent enfin pour la garderie. Tout le monde se fait des câlins et des bisous. Le p’tit veut faire le plus gros câlin du monde à Dada. Il le serre tellement fort qu’il lâche un gros pet. Encore une fois, le pet fait rire tout le monde. #goodparenting

7h23.        Papa pis Dada réalisent qu’on est vendredi et se disent qu’il est nécessaire pour la survie de la famille qu’ils socialisent avec des adultes humains ce soir. Préférablement des adultes qui ont eux-même un enfant ou une télévision qui pourra entertainé le p’tit. Et du vin. Lots of it.

Dada Blaise

Un Sept à Sept avec le P’tit

Coucher un enfant ce n’est pas facile. Pis là avant que les « Eux Autres » viennent me dire que pour eux non, c’est facile et me souligner tout ce que j’aurais dû faire et ne pas faire, I know ok? J’ai lu les mêmes articles que vous sur Internet pis j’ai suivi les conseils de matante Suzie qui disait de ne jamais coucher un enfant sans lui avoir fait boire un grand verre d’eau, tourner autour d’un miroir en faisant brûler de la sauge et chanter une berceuse japonaise. Mais bon, qu’est-ce tu veux, il me réclamait son chocolat de Pâques avant de dormir, qu’est-ce que je suis sensé faire, ne pas lui en donner? Je ne suis qu’un humain!

Afin de vous faire sentir mieux et vous prouver que ça peut toujours aller plus mal quelque part d’autre, voici l’horaire de la nuit précédente de mon garçon de 3 ans :

19h.      Le p’tit annonce que c’est la fin du bain, alors qu’il vient à peine d’y entrer. Dada le savonne rapidement du mieux qu’il le peut, parce que le p’tit est déjà en train de grimper hors du bain en lançant son poney tout mouillé sur le plancher. Dada essuie le p’tit, puis ensuite la céramique, se disant que ça compte comme du ménage.

19h12.   Le p’tit se brosse les dents avec la brosse à dents électrique Dora. Il chiale subitement parce que c’est LUI qui veut refermer le tube de pâte à dent et insiste pour tenter de remettre la petite crotte de pâte à dent, qui est tombée dans l’évier, de retour dans le tube

19h20.     Dada demande au p’tit s’il a envie de pipi. Il réfléchit avec intensité, peut-être a-t-il simili envie, mais feel pas pour y aller tout de suite. Dada lui donne un bisou pis un gros câlin et le pousse subtilement vers Papa.

19h24.      Le p’tit veut dormir avec ses petites balles rebondissantes, Papa lui bullshit qu’elles ne dormiront pas bien dans son lit et les place sur sa commode. Ça fait pas son affaire, il passe en mode dramatique.

19h25.      Papa lui rappelle qu’il faut choisir l’histoire. Yé! Il oublie du coup pourquoi il pleurait. Il hésite beaucoup parce que rien ne lui tente puis devient subitement très spécifique, cherchant une histoire en particulier et offrant peu d’indices sur laquelle il veut. Papa se tanne et en choisit une. Ça fait pas l’affaire du p’tit, il passe en mode dramatique.

19h27.      Papa veut ranger l’histoire, mais le p’tit veut celle-là finalement, c’est elle qu’il a voulu depuis le début. Ils s’installent tout deux confortablement et lisent: « Le Petit Lapin Qui Va Dormir Tranquille Sans Chialer ». Le message est nuancé et subtil. Papa lit avec toute l’intensité de Meryl Streep et le p’tit s’extasie. Évidemment, il veut relire l’histoire. Papa dit non. Le drame monte d’un cran et le p’tit lance sa doudou par terre. Papa annonce qu’il va sortir de la chambre. Le p’tit se calme et saute dans le lit pour ensuite s’emmitoufler dans ses couvertures. Papa le cajole, l’embrasse, lui dit « Je t’aime! » et le petit s’endort paisiblement alors que papa quitte la pièce. Just kidding!

19h28.      Papa a à peine eu le temps de refermer la porte que le p’tit saute en bas du lit comme s’il avait pris feu. Il a soif. Papa revient avec un verre d’eau. Le p’tit retourne dans son lit et boit. Ça fait du bien, hein papa? Papa repart après lui avoir donné un bisou. Le p’tit veut sa doudou sur la tête. Papa obéit. Le petit s’endort paisiblement. Just kidding!

19h31.       Le p’tit fend l’air comme un obus et arrive à la porte. Il a envie de pipi. Jamais eu autant envie de sa vie semble-t-il. Il s’accroche à Papa avec l’énergie du désespoir, lui faisant comprendre que s’il ne va pas faire pipi, un de ses reins pourrait exploser et est-ce qu’il veut réellement que son garçon grandisse avec un rein en moins?

19h33.       Le p’tit fait pipi. Deux, trois petites gouttes tombent dans l’eau dans un silence gênant.

19h34.       Le p’tit veut voir Dada et lui donner un bisou. Dada s’incline.

19h36.       Le p’tit va dans son lit et se rappelle subitement qu’il voulait ses balles avec lui dans le lit. Il les aperçoit sur sa commode, toute seule et perdue dans le pénombre. Il coure vers la porte.

19h37.       Papa ramène le p’tit dans son lit, la tendresse paternelle toujours présente, mais un peu usée.

19h38.        Et le p’tit revient à la charge.

19h39.        Papa ramène le p’tit dans son lit, la patience bien agrippé à sa mâchoire qui se resserre.

19h40.        Knock, knock! Le p’tit est à la porte!

19h41.         Papa le ramène dans son lit, l’écume à la bouche et la veine du cou menaçant d’exploser.

Le processus se répète quelques agréables fois.

20h02.       Le p’tit reste dans son lit pendant plus de deux minutes. Papa et Dada sautent de joie, en silence, comme des fillettes jouant à la marelle.

20h10.       Le p’tit jase dans son lit. Il jase de la vie en général, pas vraiment discrètement. Il ne dort toujours pas.

20h30.        Papa et Dada mangent les chips de la désolation en cachette, oubliant du coup qu’ils s’étaient promis de faire du sport une fois que le p’tit serait assoupi. Le p’tit ne dort toujours pas.

20h38.        Le p’tit pousse un cri de mort. Papa et Dada se précipitent dans la chambre, leur taux de cortisol si grand qu’une partie de leurs cheveux est restée sur le divan. Le p’tit à échapper sa doudou par terre.

21h04.         Papa et Dada écoutent la télévision dans le grand silence, de peur de réveiller le p’tit. Aucun bruit ne provient de la chambre. Ils montent le son et entendent immédiatement le p’tit qui jase avec son lapin. Manifestement, il ne dort toujours pas.

21h12.          Papa ronfle sur le divan.

21h30.          Papa et Dada vont se coucher. Le p’tit ne dort toujours pas.

21h42.          Comme tout couple moderne et sain d’esprit, Papa et Dada s’installent dans le lit, chacun avec leurs cellulaires. Le secret d’un couple qui dure: la communication.

21h51.           Cela fait plus de dix minutes qu’il n’y a pas de bruit. Le p’tit dort. En quelque part dans le monde, des cloches sonnent et les anges pleurent la miséricorde. Papa dort également, parce que lui c’est instantané pis ça fait chier un peu.

22h22.          Dada ne dort pas, lisant avec avidité son mur Facebook comme un épais au lieu de dormir.

23h38.          Dada vient de s’endormir après s’être demandé une question existentielle comme qu’est-ce que Napoléon mangeait pour déjeuner et entend un cri primal qui fait vibrer les fenêtres de la maison. Dada coure jusque dans la chambre, le pyjama tout croche et la bedaine à l’air, de quoi traumatiser le p’tit à vie. Le p’tit s’est réveillé et a fait un cauchemar. Dada va s’asseoir à côté de lui, le console, le berce un peu et le recouche, tout ça dans un état second, les yeux fermés.

23h39.        Dada sort de la pièce. Le p’tit ne dort pas et ne veut pas qu’il parte. Sa voix est toute petite dans le noir et les émotions de Dada prennent le dessus.

23h40.       Dada refuse de dormir dans le lit du p’tit, par principe de bonne éducation parentale et parce que le p’tit prend de la place pour cinq. Comme un pauvre petit chien, Dada va dormir à même le plancher du corridor, tout en rappelant au p’tit qu’il est bel et bien là et que non il ne partira pas. Le plancher est froid et poussiéreux, Dada n’a jamais été aussi confortable.

1h02.         Dada se réveille en sursaut, toussant un motton de poussière ou (gasp!) une araignée qui s’était aventurée par là. Il part se recoucher dans son lit mais le bruit du plancher qui craque réveille le p’tit. Dada doit évidemment retourner consoler son enfant dans la joie et le bonheur d’être père.

1h08.         Le p’tit a envie. Dada frôle lui dire de le faire à même son coffre à jouets, mais se rappelle qu’il est supposé être un bon parent et l’amène plutôt à la salle de bain.

1h10.          Le p’tit fait pipi avec force violence, réveillant toute la maison. Dada ravale ses larmes d’épuisement en se disant qu’il chérira sûrement ses moments-là un jour, mais pas en ce moment.

1h13.           Le p’tit se recouche et s’endort rapidement. Dada est surpris et va se recoucher aussi, jubilant car il lui reste 5hres de sommeil avant le cadran.

1h14.          Dada ne dort pas, il se sent prêt à faire sa journée et monterais le mont Saint-Grégoire en courant.

3h33.          Dada, qui ne dort toujours pas, pogne la chienne parce qu’il se rappelle dans les films d’horreur que c’est l’heure des démons et s’imagine toutes sortes d’affaires qui font peur.

3h34.          Le p’tit se réveille en hurlant. Dada sursaute si haut qu’il passe proche de sacrer le camp à terre. Dada va dans la chambre en regardant par la fenêtre du salon, craignant y voir un extraterrestre ou un fantôme. Son pas est rapide. Le p’tit pointe le coin dans le chambre en répétant « Peur ». Dada ramène virilement son enfant avec lui en courant dans le corridor.

3h35.          Le p’tit est INSULTÉ d’être dans le lit de ses parents. C’est la PIRE chose à vie. Il refuse d’être dans le lit et veut brusquement retourner dans sa chambre à lui, avec les fantômes pis les extraterrestres. Dada a peur, mais retourne son enfant prestement.

4h02.         Le p’tit s’est rendormi. Dada retourne dans sa chambre.

4h05.          Dada s’endort sur le coin de son lit, en position fœtale, le drap dans la bouche.

5h47.          Le p’tit est debout et croque dans la vie comme dans les annonces de margarine! Il attend sagement que le soleil jaune orange s’allume sur son réveil GRO CLOCK, car il a apprit qu’il ne fallait pas se lever trop tôt. Just kidding!

5h48.         Papa se lève, voit son conjoint et est immédiatement charmé par le coulis de bave et la bouche grande ouverte qu’il aperçoit. Il se dit que ce soir il va lui acheter un cadeau.

6h.             Papa attend dans le lit du p’tit que le soleil jaune se pointe la face. Il remarque que l’heure n’est pas la bonne sur le cadran car ils ont oublié d’avancer l’heure depuis la fin du mois de mars.

6h02.         Papa jase avec son enfant. Le p’tit chuchote, ce qui veut dire que les voisins peuvent l’entendre. Papa écoute avec l’intensité de Barbara Walters, mains sous le menton, yeux dans la graisse de bine.

6h30.         Papa fait semblant de vérifier le GRO CLOCK et allume le soleil, n’en pouvant plus de tenter de comprendre le p’tit qui répète inlassablement « Wahlpa? ».

6h33.          Papa se lève mais le p’tit réclame que TOUTE la maisonnée se lève aussi.

6h42.         Dada se lève et est l’image même de la perfection. On l’applaudit et des pétales de roses apparaissent derrière lui.

6h47.          Dada va au toilette, ce qui est terriblement dramatique, parce que le p’tit voulait y aller AVANT lui.

6h53.          Le p’tit veut manger du beurre d’arachide pour déjeuner. Pas de pain, juste du beurre sur une cuillère. Papa pis Dada s’en câlisse un peu ce matin et donne une belle grosse cuillerée d’amour et de beurre de pinotte à leur enfant.

6h55.          Le p’tit fait un gros pet tout en mangeant, ce qui fait bien évidemment rire Papa pis Dada car ils ont un niveau d’humour puéril et sans imagination. Le pet réconcilie Papa pis Dada avec leur enfant.

7h.              Le p’tit veut finalement des toasts et également les céréales de Dada. La journée commence et Papa pis Dada remontent leurs manches et se disent que c’est vendredi, donc socialement accepté de boire un cocktail ce soir. Ou peut-être trois?

 

Dada Blaise

Y’avait pas ça dans Friends! : 10 choses que la télévision ne m’avait pas apprise sur la vie avec un bébé

Dans l’épopée de l’adoption, tu ne sais pas quand ton bébé ou enfant va arriver chez vous. Ce qui veut dire que quand on m’a annoncé au téléphone que Petit Pou s’en venait chez nous, j’ai eu 4 jours pour me préparer. 4 jours de grossesse si tu veux. 4. Jours. C’est pas ben long. Papa pis Dada couraient pour meubler la chambre avec sobriété et classe, cherchant frénétiquement chez Pottery Barn pour l’accessoire qui matcherait avec les draps gris. Tsé, des affaires prioritaires là. Donc, quand bébé est arrivé comme un cheveu sur notre cœur, ben on a fait comme tout le monde: on a appris sur le tas comme qu’on dit. Puisque je suis un simili geek qui a grandi dans les années 80/90, la plupart de mes savoirs et connaissances me proviennent des films et la télévision que je regardais sans cesse et c’est armé de ses maigres informations que j’ai affronté ma première année avec Baby Blue Eyes. Isshh…une chance que ma maman était là pour me donner trucs et conseils, ainsi que mes tendres collègues et amies de travail: mes trois rousses préférées. You know who you are!

Maintenant j’ai 3 ans d’expérience dans l’éducation d’un jeune enfant sous le bras, ce qui veut donc dire que je me considère un expert. AHAHAHAHA!. Je ne crois pas qu’un expert en parenting existe réellement, tu fais du mieux que tu peux avec ce que tu as. Mais tout de même, il y a quelques trucs que j’aurais aimé savoir avant que Petit Pou arrive dans ma vie. Et comme brusquement une flopée de mes copains et copines sont sur le point d’être des nouveaux parents, je me permets cette liste des choses que j’aurais aimé savoir et que la tivi ne m’avait pas apprise avant:

1 – Le bébé reste. Il ne part pas après un épisode ou deux, comme l’enfant de Ross et Rachel que tu vois plus après une couple d’épisodes. Non. Ton bébé est tout le temps là. C’est ben freakant au début. Tu es assis dans ton salon pis ton brand new baby est juste là dans sa chambre, dormant à point fermé, pis c’est merveilleux et irréel et terrifiant à la fois. Après 2 semaines de magie, le feeling s’en va. Ton bébé fait partie des meubles. Pis après une couple de mois, y’a un bout qui passe où te demandes: « Pourquoi j’ai voulu c’t’enfant là moi là? », tout en souhaitant être assis dans ton ancien appartement, seul, avec une canette de Seven Up Diet puis le coffret DVD de Six Feet Under pour un long et tranquille après-midi à rien faire. Ça aussi ça passe et tu serres ton bébé dans tes bras pis tu remercies qui tu veux de l’avoir mis sur ta route. CONTRADICTION!

2 – Les livres sur les bébés. Ce sont les pires. Tu vas en recevoir une couple dans les showers ou quand le bébé arrive, parce que tous les parents chevronnés vont vouloir t’en donner un, histoire de t’outiller. Et pourquoi pas, ce sont des livres rempli de bons trucs et d’information sur quoi faire et ne pas faire avec ton futur bébé! Et ça va te foutre la chienne sans bon sens! Si ton bébé à une petite rougeur sur ses fesses, ton livre va te dire: « Ton bébé est PEUT-ÊTRE entrain de faire ses dents et il fait un abcès qui risque d’infecter sa bouche entière et qu’il pourrait être à l’article de la MORT! Consulte ton pédiatre immédiatement avant qu’il ne soit trop tard. Sinon, ton bébé VA MOURIR! Ou c’est peut-être juste une petite irritation causée par sa couche,  ne t’en fait pas pour rien voyons donc. » C’est définitivement une de ces deux choses ou autres maladies à laquelle tu n’as pas encore pensé. Pis même si tu sais que tu ne devrais pas lire ces maudits livres là ou aller voir sur Internet, tu le fais pareil. Good luck anxiété!

3 – Il y a BEAUCOUP de rendez-vous chez le docteur pendant les premiers mois, voire la première année. Ce n’est pas très chic ni très passionnant. Ton bébé va être mesuré, pesé, vacciné (parce que OUI, il faut faire vacciner un bébé, voyons donc!). Tu vas y passer la plupart de tes après-midis, soit la sieste de ton bébé qui équivaut normalement à ton court break dans la journée, le moment où tu pourrais enfin t’asseoir pour finir de lire Gone Girl, mais non, tu vas être pogné à attendre dans une salle d’attente jaunâtre, entouré d’enfants malades qui pourraient tous potentiellement infecter ton bébé, ce qui pourrait l’amener vers LA MORT CERTAINE, si l’on en croit les livres ou l’Internet.

4- Dans tes yeux, ton bébé va être la plus belle chose qui existe dans l’univers. Les autres vont sûrement te dire des choses du genre: « Qu’il est beau! On dit tout le temps ça, mais là c’est vrai, il est VRAIMENT beau! » Ce qui est probablement faux. Les bébés, en particulier ceux qui viennent d’arriver dans ce monde, surtout ceux fraîchement expulsé d’un vagin, ressemblent à un ti-vieux tout plissé ou a un alien terrifiant plus qu’à un bébé. Pis tu vas trouver que tous les autres bébés sont donc laids comparé au tien. Dans les films, les bébés sont toujours beau et rondelet et parfait. Tu verras ben plus tard, quand ton bébé est rendu un p’tit homme, que finalement, au début, il était pas si beau que ça.

5- Tu vas être fatigué. Comme tu ne peux pas te l’imaginer. Dans les films, on montre souvent les parents complètement épuisés, en total manque de sommeil, mais on explique rarement la raison. Je te l’explique en deux raisons:

1: Il faut nourrir le p’tit aux deux, trois heures. Certains aux heures à ce qu’on dit. D’autres font leur nuit dans les premières semaines à la maison (mais eux ils font chier avec leur bonheur, fac on les écoute pas). Nourrir un bébé la nuit ça veut dire se lever, préparer ton biberon ou ta boule, selon ton sexe ou choix personnel, marcher dans le noir pis rester réveiller pendant que le p’tit boit son lait, sentant la chaleur de cette petite boule humaine lovée contre toi, complètement abandonné à ta bonne volonté. Après avoir fait le rôt et t’être fait asperger de vomi odorant, tu dois changer le pyjama, la couche, endormir le p’tit puis laver le vomi qui a coulé sur ta belle chaise berçante Dutailler blanche que t’as eu la brillante idée d’acheter parce que c’est donc beau le blanc dans une chambre de bébé. Pis après ben, guess what, le temps que tu t’endormes, il va se réveiller parce qu’il a faim, encore. Ah le cher ange!

2: La deuxième raison, elle est moins drôle: La Mort Subite du Nourrisson. Ça devient ton pire cauchemar pis aucun livre, pédiatre ou truc de grand-mère peut prévenir ça. Quand ton bébé s’endort enfin c’est là que tu atteins ton paroxysme d’anxiété. Le bébé ne fait aucun bruit, conclusion: il est mort. Donc, tu te lèves ou tu supplies ton chum d’y aller parce que tu as trop peur et tu secoues juste un peu le bébé, juste voir s’il respire et là ben, oups, il se réveille et tu dois passer un bon 30 minutes à le rendormir en te traitant de gros épais. Mais au moins il est vivant, donc 1 point pour toi!

6 – Tu vas te chicaner avec ta douce moitié.Vous vous aimez au plus haut point et votre amour est plus fort que tout et vous ne vous êtes JAMAIS chicané de votre vie de couple, ni même haussé le ton ou obstiné sur le choix de restaurant? Ah ah ah! Veux pas te faire de peine moé là, mais vous allez vous chicaner pis hausser le ton pis perdre patience un coup que bébé va être là. C’est inévitable. Vous allez être exténué, sensible, à bout de nerfs. Un rien va vous déclencher. Et bien évidemment, vous aller mettre la faute sur l’autre, parce que placer la blâme sur l’autre te rend blanc comme neige et t’absolve de toutes erreurs que tu aurais pu commettre. Mais c’était probablement ta faute si il n’y avait plus de lingettes dans le sac à couche, c’est toi qui avait tout pacté avant de partir après tout.

7 – En plus de vous chicaner à une plus grande fréquence, vous allez avoir UN sujet de discorde qui reviendra fréquemment: Qui a dormi le moins entre les deux. Tu vas croire dur comme fer que si tu gagnes cet argument, tu seras pas celui qui aurais à se lever encore une autre putain de fois à 3 heures du matin le prochain coup. Mais attention, oh toi futur parent: It’s A Trap! Vous allez passer plus de temps à vous obstiner à savoir qui va se lever la prochaine fois qu’il en est nécessaire pour faire la job. De plus, si tu gagnes l’argument et que tu peux dormir 13 minutes de plus que ton partenaire, dis toi que tu vas être celui qui devra faire plus de choses le lendemain, parce que tu as dormi 13 minutes cette nuit. Il est préférable, même si c’est ben difficile, de vous lever tous les deux. Comme ça personne ne dort pis tout le monde est misérable et pas parlable le lendemain. All worth it.

8 – Les coliques, c’est un esti de mythe. Une légende. Une affaire qui n’existe pas, comme dans les films. Les coliques, c’est la réponse magique et universelle à tous les différents pleurs de ton bébé que tu n’arrives pas à décoder. Les autres vont te sortir ça à tout bout de champ: « Y fait ses coliques. » C’est une excuse facile à utiliser, mais voici la réalité: Les bébés, ça pleure. Ça pleure beaucoup. Quand ils ont faim, ont des gazes, quand ils veulent que tu les prennes, quand ils ont faim encore, quand ils s’ennuient ou quand c’est mercredi parce que ça leur tente de brailler. C’est plus facile de dire aux autres quand ils t’interrogent sur le pourquoi que ton bébé pleure que c’est des coliques au lieu de dire en hurlant pis en t’arrachant les cheveux de la tête que t’en a aucune idée.

9 –  Souvent, dans les films, surtout les comédies pour la famille ou les chick flicks, tu vas voir un petit bébé qui fait un caca expulsif ou un pipi-pompier sur ses parents; et là toute la salle éclate de rire en se tapant sur les cuisses. Tu penses peut-être que c’est exagéré, mais détrompe-toi pauvre fou. Les cacas et les pipis sont maintenant ton nouveau parfum. Ainsi que le vomi et la morve. Quand tu enlèves une couche, PRÉPARE TOI AVEC LA PROCHAINE! Une milliseconde d’inattention et ton beau chandail Armani Exchange peut être ruiné à vie. L’urine peut se retrouver facilement dans ta bouche aussi si tu n’es pas assez alerte. Ainsi que la morve si tu ne fais pas attention en aspirant dans le petit tuyau du tire morve. Et la plupart du temps, tes mains seront là pour tout attraper. TOUT. Une main salie de morve est plus facile à laver que ton tapis, oublie pas ça.

10 – Écoute pas personne. Les autres parents, surtout ceux que tu ne connais pas vraiment, genre une connaissance que tu croises au Sears, vont te donner des conseils comme on offre un pamphlet sur la rue Ste-Catherine. Exemple, cet article. Fuck it. Tu verras ben ce qu’il faut faire. Lis les livres, lis pas les livres. Fais ce que tu veux, couche le comme tu veux, fais tes propres compotes ou ben donne lui du Gerber Baby, nobody cares! En quelque part sur Internet, il y a une étude qui va valider tout ce que tu fais pis une autre qui va te dire que tout ce que tu fais est pas correct. Fuck ’em I say. Aime ton ti n’enfant comme jamais t’a aimé auparavant, fais de ton mieux, nourris le, protège le, pis ça devrait ben aller pour le reste.

 

Dada Blaise