Magasiner en Panic Mode

Vous rappelez vous d’autrefois, le temps « avant » les enfants? Moi oui. J’m’en rappelle, hé que j’m’en rappelle donc, j’m’en rappelle constamment, j’m’en rappelle quand j’suis seul dans la salle de bain en braillant, la face pleine de mascara en chantant « All By Myself », mais ça c’est moi. Le bon vieux temps semble si loin parfois. Le temps des matins en p’tites culottes à jouer au Playstation, les matinées à préparer des œufs bénédictines portobello/brie, les soirées entre copines à boire des Cosmopolitan et parler de Big et surtout, SURTOUT, ces longs après-midis à faire des courses dans les rues branchées de la métropole (ou Brossard, c’est selon). Oui, magasiner. Voilà ce qui me manque le plus. « Ben là Dadadelidoudou, tu peux encore magasiner avec ton p’tit! » Ouain mais moi je parle du VRAI magasinage. Marcher calmement dans les allées, déambulant nonchalamment entre les diverses boutiques, attrapant ici un livre pour en lire quelques pages, là une bouteille de parfum pour en sentir les effluves, essayer cette chemise beaucoup trop cher, juste pour le fun, manger un yogourt glacé aux abricots en regardant les literies blanches immaculés, s’arrêter pour sentir des chandelles, juste parce que, tsé. Faire du browsing. Magasiner paresseusement.

L’habileté de magasiner paresseusement meurt violemment dans les cris assourdissants une fois qu’arrive les enfants et est remplacé par magasiner en Panic Mode. Le Panic Mode est le seul mode de magasinage disponible d’ailleurs à présent que j’ai un enfant. Si, par une chance inestimable je me retrouve seul à St-Bruno pour un avant-midi d’emplettes plaisantes, je suis tellement stressé de prendre mon temps et de profiter du moment que j’me mets à paniquer que j’en profite pas assez pis j’tombe en Panic Mode anyway.

Le Panic Mode, vous savez c’est quoi, non?

  • C’est de prendre un vêtement dans ses mains pour examiner le motif pis se retourner pour voir ton p’tit entrain de lever la jupe du mannequin ou de lui faire des attouchements pervers sous les yeux outrés d’une septuagénaire terrifiée.
  • C’est de passer ton temps à asseoir et sortir ton p’tit de la poussette, selon son bon vouloir et ses demandes incessantes.
  • C’est de vieillir de 10 ans de plus en voyant ton p’tit empoigner des coupes de cristal avec ses p’tites mains poisseuses pis de courir autour des cygnes Swarovski.
  • C’est d’éviter l’allée jouets puis arriver à la caisse pour apercevoir que ton p’tit a malgré tout réussi à prendre le toutou de PatPatrouille et le mettre dans la poussette. C’est également endurer la crise interminable parce que non, tu l’achèteras pas le fucking toutou, correct là?
  • C’est de perdre une demi-heure dans les escaliers roulants, parce que c’est le meilleur manège sur la Terre.
  • C’est de se faire dire « ENVIE CACA! » pendant que tu es dans la cabine d’essayage avec l’enfant, les jeans à terre et le t-shirt à 80$ que tu achèteras même pas finalement sur la tête.
  • C’est essayer de te faire à croire que tu es capable de rentrer dans ses jeans-là finalement pis d’entendre le rire moqueur de ton p’tit derrière toi qui te pointe tes grosses fesses.
  • C’est d’acheter à peu près n’importe quel morceau de linge finalement, juste pour décalisser au plus sacrant pis dire qu’au moins t’as un nouveau morceau de linge pour la job.
  • C’est courir frénétiquement dans des allées serrés avec une poussette qui contient un simili carcajou enragé qui bave et crache de colère parce qu’il faut absolument trouver un cadeau pour la responsable du service de garde.
  • C’est de trouver une place dans le coin restaurants et disant « scusez, scusez » à répétitions pendant que le p’tit boude parce que peu importe.
  • C’est de passer devant Toys’R’Us et assurer que non, on ira pas dans le magasin, se retrouver dans le magasin de toute façon et voir ton p’tit tendre fièrement la grosse base gigantesque de LEGO à 45 000$.
  • C’est de promettre d’aller dans un autre magasin et que là, tu pourras acheter TOUT ce que tu veux.
  • C’est de finir ton magasinage au Dollarama, te félicitant d’être un parent aussi sharp et allumé.
  • C’est de te taper une autre crise parce qu’il faut partir du magasin pis tu ne veux pas lui acheter le vieux bibelot laid du Dollarama et la chandelle parfumé Chocolate Love.
  • C’est se promettre que la prochaine fois, tu commanderas sur Amazon ou ailleurs pendant que ton p’tit fait des pirouettes tout nu sur le divan.

Ahhh…c’est l’fun être parent! Pis n’oubliez pas, Noël arrive dans 4 mois à peine! Hourrah!

Dada Blaise

Comme le ferait la une jeune lycéenne amoureuse, partager cet article avec votre meilleure copine en vous excitant comme une puce tout en mâchonnant un chewing-gum rose.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s