Comment Occuper Vos Enfants Cet Été

L’été bat son plein, avec son soleil tapant de l’après-midi, son odeur du chlore et de gazon, sa chaleur brûlante qui émane de l’asphalte noir, ses courses folles dans les champs de pâquerettes pis ses rides de bicyclette au dépanneur. Cet été, vous vous êtes promis un été parfaitement imparfait. Vos enfants et vous-même allez apprendre à lâcher-prise, à relaxer. Ce sera un été de popsicles, de bord de l’eau, de cache-cache dans le p’tit boisé, d’oiseaux, de tondeuse, de champ de blé, de fleurs, de films dans le sous-sol, pis de s’endormir en p’tite boule pendant que les adultes parlent autour du feu. Vos enfants vont vivre comme quand vous étiez jeune, relaxer, s’amuser et apprendre des belles leçons de vie sur l’amour et l’amitié. Ils vont apprendre ce que c’est l’ennui tout en restant actifs. Vous avez décidé que cet été, vos enfants allaient se créer des souvenirs qu’ils chériront forever.

Fin juin. Vous vous êtes levé relativement tôt et avez déjeuné sur le balcon. Le p’tit a taché vos beaux coussins extérieurs Club Piscine avec de la confiture, mais ce n’est pas grave, vous êtes EN VACANCES! Vous avez décidé de laisser filer le temps. Le p’tit a réclamé le iPad. D’accord, mais 30 minutes seulement. Après une crise énorme parce que vous avez enlevé le iPad et sa chanson redondante et tonitruante, vous avez convaincu le p’tit d’aller faire une promenade bucolique dans la forêt. Super! Vous avez marché avec lui pour trouver des libellules et des coccinelles. Vous lui chuchotez les merveilles du monde et inventez des histoires de gnomes et de fées. Votre p’tit est terrifié par l’idée de croiser une gnome ou de toucher une libellule. Vous fuyez la forêt prestement avec un enfant en larmes et à jamais traumatisé des marches en forêt. #guesswhoissleepinginyourbed

Début juillet. Vous vous baignez régulièrement mais le p’tit vous ordonne de nager comme ceci, de mettre votre tête sous l’eau, de sauter, de nager sur le dos, non, sur le ventre, de le lancer dans l’eau, mais pas trop, juste un peu. Vous sortez de l’eau et vous faites sécher au soleil avec un bon livre, pour vous reposer et avoir un p’tit peu la paix. Votre p’tit joue avec des balles et des bulles. C’est parfait. Il faut profiter. Il faut prendre le temps. Votre roman est complexe et vous avez de la difficulté à comprendre l’intrigue car votre p’tit vous demande incessamment de l’aider à faire des bulles. Vous prenez un magazine à la place. #lesscommitment

Vous êtes optimiste. Vous allez faire un petit projet de bricolage tout beau, tout simple que vous avez déniché sur Pinterest. C’est facile et vous avez tout ce qu’il faut à la maison! Vous vous rendez chez Rona, Wal-Mart et Michael’s pour trouver tout ce que vous auriez dû avoir à la maison et revenez chez vous. Le p’tit a chaud et a faim. Vous le nourrissez. Vous passez 4 heures à confectionner le bricolage par vous-même et prenez des tonnes de photos du p’tit qui bizoune avec la colle. Le p’tit a faim et a trop chaud pour faire le reste. Vous passez proche de tout calisser à la poubelle. Vous terminez la soirée au McDonald’s. #parentsneedabreak

Nous sommes à la mi-juillet et vos belles idées s’effritent rapidement. Vous aviez limité la télévision à une heure par jour, puis deux finalement. Pis fuck off, écoute-la ta maudite émission de Peppa Pig en boucle si c’est ça que tu veux! Vous allez au Costco en après-midi faire des commissions puis manger un hot-dog et une frite pour le souper parce que votre conjoint « travaille tard » encore. Alors que vous contemplez la masse de gens sous les néons aveuglant vous vous demandez comment vous allez survivre jusqu’à la fin des vacances. #stareintotheabyss

Le ton monte d’un cran chaque jour. Les pleurnicheries aussi. Vous forcez votre enfant à s’ennuyer et à s’occuper tout seul, mais il passe son temps à vous achaler de toutes les façons imaginables. Les articles du Net ont menti comme les vendeuses de sous-vêtements du Simons. Vous feignez une violente diarrhée pour vous réfugier à la salle de bain, mais peine perdu, le p’tit vous retrouve toujours. Comme les vélociraptors de Jurassic Park, il sait ouvrir les portes. Vous allez au parc pour fuir la couleur délavée de vos murs et vos vitres sales qui vous accusent de ne rien faire. Votre p’tit coure dans les jeux d’eau avec un autre garçon. Vous essayez de vous faire ami avec la mère du garçon pour ensuite lui proposer des sleepovers d’une semaine/une semaine. Vos larmes de panique et votre sourire terrifié la rendent légèrement mal à l’aise. Elle vous menace avec son Pepper Spray. Vous abandonnez le parc et votre sac de plage. #whenwillthistortureend

Votre p’tit écoute la télévision pendant toute la matinée alors que vous regardez le restant de bricolage qui traîne sur la table du salon depuis le début des vacances. L’échec vous sourit sous forme de gouache et paillettes éparpillées, les décombres de vos belles intentions.

Les vacances de la construction arrivent ainsi que l’absolution à cet abyme qui vous engloutit de jour en jour, votre tendre conjoint. Il est le héro des vacances, rutilant de muscles et de belles idées! Roadtrip, valises, glacière, hôtel, camping, sortie familiale! #makingmemories #pleaseshutthefuckup #planningiforuptightpeople #soblessed

Août se pointe. L’insidieux temps froid aussi, masqué dans le vent, traînant sa promesse terrifiante du retour au travail, du retour à l’école, du retour à la réalité. Vous avez le souffle court, les mains serrés. Les publicités mentent. Vous n’êtes pas si excités que ça de renvoyer vos enfants à l’école et à la garderie en fin de compte. Le pincement au cœur est bel et bien là. La sainte paix est proche, pis vous la voulez plus vraiment. C’est là toute l’essence d’être parent. La proximité, la chaleur, l’étouffement, les pleurs, le besoin d’être proche et éloigné, d’être tranquille et dérangé, d’entendre les cris et le silence. C’est le plus beau paradoxe qui existe. Pis les souvenirs se sont créés d’eux-mêmes malgré tout.

Dada Blaise

Comme le disait ma grand-mère: sharing is caring. 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s