Adventures in Adoptionland, Part 2: Petit Pou Contre-Attaque! (Avec de l’amour!)

Adventures in Adoptionland, PART 1: Ze Commencement

Il n’y a pas grand chose qui peut te préparer à avoir un enfant, tous les parents vous le diront. Sure, vous pouvez décider de mettre le cadran à 2hres du matin toutes les nuits pour vous réveiller et aller nourrir le chat chacun votre tour, but it’s not really the same thing, is it?

Et il n’y a pas grand chose qui peut te préparer à être parent d’un enfant adopté. Même si tu lis religieusement les guides et écoute les bons conseils des intervenantes, rien ne peut t’y préparer mentalement. L’enfant pourrait être atteint de troubles divers et pas très attrayants, avoir un comportement destructeur, il pourrait même être roux! (Je blague, tous les roux que je connais sont fantastiques, même s’ils n’ont aucune âme). Oui vous avez coché les petites cases du questionnaire et vous vous sentez prêt à toutes éventualités. L’intervenante vous a prévenu qu’il était possible que l’enfant reparte de chez vous après une période indéterminée, pour quelque raison que ce soit. À chaque fois vous répondez oui, bien sûr, on comprend. Oui, nous sommes prêt. Oui, votre tête comprend, elle rationalise, elle vous dit: « Bon d’accord, ça semble terrifiant, mais pour nous, ce sera sûrement différent! » Cette réflexion est probablement présente chez tous les futurs parents d’ailleurs. Lorsqu’ils sont au restaurant un dimanche matin et voit petit Thomas qui pique une crise et lance le contenu de son assiette sur la serveuse, les futurs parents se disent alors: « Quel comportement! Nous on va avoir le tour avec notre enfant. Nous, ça va être différent« .

971

Yeah right!

Alors pourquoi le faire, pourquoi plonger? Sommes nous à ce point si naïf?

Beaucoup de gens nous trouve courageux, car le processus est long et difficile. Ils nous félicitent, nous affirment que eux seraient incapable de faire ce qu’on fait. Les intervenantes nous qualifient de « Super Parents », car on doit faire la tâche normale d’un parent multiplié par vingt. On doit devenir des orthophonistes et des pédagogues, des psychologues et des Mary Poppins, tous en même temps. Est-ce que les parents de l’aventure adoption sont réellement meilleurs que les autres? Sommes nous des Super Parents? Je ne sais pas pour les autres, mais moi par boutte je me sentais comme mon héros favori et fantasme de jeunesse: Indiana Jones.

61444301

Oui, pareil à l’explorateur viril, j’ai pas mal improvisé tout le long du parcours, armé de mon fouet de l’incertitude et mon chapeau de l’angoisse. Je ne suis pas un expert. J’avais aucune idée comment dealer avec un enfant qui se tape ou un bébé qui fait une crise d’anxiété à 3 mois alors qu’il hurle sans cesse pendant des heures. J’ai appris au jour le jour et j’ai fait du mieux que j’ai pu. Alors, peut-être qu’effectivement les parents de l’aventure adoption deviennent des Supers Parents par la force des choses.

Donc, comme dans les meilleures aventures d’Indiana Jones, accrochez vous à votre fedora et votre poupounne de service et préparez vous à  la suite de l’aventure de l’adoption, car une fois que le bébé est bel et bien arrivé, l’aventure devient un véritable roller coaster d’émotions, d’amour, des bouttes terrifiants où des coeurs se fendent de douleur, pis des héros se révèlent être plus grand que natures. Encore une fois, chaque aventure est différente, celle-ci est la nôtre, avec juste une pincée de sarcasme pour passer au travers quasi indemne.

anigif_enhanced-13000-1451386576-6

Ben oui, encore Harrison Ford…C’est mon blogue, j’fais c’que j’veux bon.

 

QUATRIÈME ÉTAPE: BABY BLIND DATE

Hiiiiii! L’appel est enfin arrivé et après le choc et les pleurs, c’est le temps de passer aux affaires sérieuses. L’intervenante te donne toutes les informations qu’elle possède sur ton futur enfant. Son nom, son âge, son apparence physique, son historique. En quelques minutes, vous avez un portrait de ses origines et de la situation. Il est comme ceci. Sa mère biologique est comme cela. Avant il était dans cette situation horrible. Maintenant il est dans une famille d’accueil de transition. Vous allez être, hopefully, sa maison finale. Vous convenez du jour et de l’heure où vous pourrez aller le voir. L’intervenante t’offre l’option d’aller visiter seulement l’enfant et décider ensuite si vous voulez le prendre. Comme tu es humain et que tu ne peux t’imaginer dire non à cette proposition que tu attends depuis cent mille ans, tu annonces que vous repartirez avec votre enfant dès cette première visite. C’est maintenant le temps des réjouissances. Ta vie vient de changer en deux minutes. Tu as quasiment le goût de rappeler l’intervenante, juste pour être certain qu’elle ne te fait pas une blague. Après quelques court mois d’attente, il va avoir un p’tit bébé, un vrai de vrai, qui va venir compléter ta douce nurserie aux couleurs chatoyantes peuplé de petites créatures de la forêt (ben oui, vous avez peut-être mit le paquet côté décoration de la chambre, so what?). Là, c’est le temps de capoter. Tu appelles les gens un à un pour annoncer la bonne nouvelle. Maman en premier, parce que c’est ça, bon. Ensuite la sœur, les amis, le comptable, tout le monde y passe. On célèbre! On cri de joie au téléphone! On braille un autre shot avec peu d’élégance! Les gens réagissent de façon extatique ou sont simplement sans voix. La plupart ne s’attendait pas à ce que ça arrive aussi vite, voire peut-être jamais. Toi non plus d’ailleurs. Tu dois également te rendre à ton travail et annoncer tout bonnement que tu ne rentreras pas du reste de l’année scolaire, parce que tu vas avoir, bof, un bébé. Encore plus de cris. Certains se tirent les cheveux sur la tête. D’autres sont en convulsions à même le plancher. Une saigne du nez avec férocité. C’est l’apocalypse du bonheur de l’amour et de la joie. Conserve ce souvenir le plus longtemps que tu le pourras car il te serviras dans les moments les plus sombres. Tu l’annonces aux gens et tu ne peux pas croire que tu vas réellement avoir un petit être vivant dans ta maison. Pas une minute à perdre, aweille au magasin! Biberons, couches, lingettes, canards, tire-morve, lait en poudre, savon à l’avoine, crème à la lavande, une livre de beurre, de la cassonade et un peu de muscade, il faut tout acheter! Les bons conseils vont également commencer à pleuvoir:

« Dormez là! Reposez-vous! »

« Profitez de vos derniers moments de couple! Wink, wink! »

Bien évidemment, vous allez passer vos journées à courir à droite et à gauche dans les boutiques branchées et overpriced pour acheter un siège d’auto, des vêtements pour bébé, vous faire expliquer comment mettre un porte-bébé, laver les biberons, vous ronger les ongles, hyperventiler en écoutant De Quoi J’me Mêle qui joue à Prise 2 et lire Naitre et Grandir en rafale, alors se reposer et se faire un souper de chandelles en mangeant des huîtres aphrodisiaques, fuck off! Dans le temps de le dire, vous vous retrouver le matin du jour P (Petit Pou) et êtes en auto avec un stress si intense que vous vous demandez si vos intestins vont tenir le coup. Alors que tu te tortilles sur ton siège comme un enfant qui arrive à Walt Disney World, ton chum est l’image même du stoïcisme et de la sécurité masculine. Lui, il garde ça en dedans. Il conduit avec une main virile sur le volant et l’autre sur ta cuisse, pour te calmer la frénésie hystérique qui veut te sortir par le nez. Heureusement qu’il est là pour mener à bien ce périple, sinon on t’aurait retrouvé en boule avec l’écume aux lèvres au fond de la voiture. Ton conjoint a décidé d’arrêter au restaurant car vous êtes quelques minutes trop tôt puisque tu as insisté pour partir 4 heures d’avance, pour être ben certain d’être à l’heure. Dans ta hâte et excitation, tu manges ta napkin au lieu de tes œufs.

Les minutes s’écoulent et vous repartez en voiture, en direction de votre destin. Zaz et sa chanson On Ira joue dans la voiture et maintenant tu ne pourras plus entendre cette mélodie sans qu’elle te replonge avec intensité dans ce moment précis. La voiture s’arrête devant la maison et juste là, à l’intérieur, se trouve VOTRE bébé. Vous n’avez aucune idée de quoi il a l’air, c’est le plus intense blind date que tu ‘as jamais eu de votre vie car celui-là tu va être avec toute votre vie et tu ne pourras pas le ditcher en prétextant aller à la salle de bain pour ensuite courir accroupi vers la porte. Tu marches vers la porte, espérant que ton bébé ne soit pas trop laid et ressemble à un croisement entre Anne-Marie Losique et Nicolas Cage.

J’aimerais vous dire que lorsque la porte s’est ouverte et que la dame qui s’occupait du p’tit nous l’a présenté et que je suis tombé en amour sur le champ, les clairons sonnant derrière et les colombes de l’espoir de sont envolés pour former un gros cœur dans le ciel, mais non. C’est un peu banal et absurde à la fois. C’est un bébé bien normal, top mignon, qui te fait des grands yeux dans les bras d’une madame que tu ne connais pas et qui, dans quelques instants, va devenir TON bébé. Vous rentrez et vous jasez autour de la table de la cuisine, tout bonnement, avec un café et le malaise palpable.

Après un moment, la madame demande si vous voulez prendre le p’tit. Duh! Et boum, c’est assez rapide, un instant pis ta vie bascule, ta vie change. Elle est là. Juste là, cette mystérieuse et mystique connexion qui existe entre un parent et son bébé, quelque chose que tu ne peux pas expliquer clairement, quelque chose qui est ben secret juste entre vous deux. Ça part pis ça reste. Ensuite, tout va très vite. L’intervenante arrive, 20 minutes en retard et tout échevelé, ses dossiers tout croches et sa gomme encore dans la bouche. C’est pas votre intervenante, juste une remplaçante. Un peu brusquement, on vous donne quelques biberons, un sac avec des vêtements puis le bébé car il ne faut pas l’oublier et vous êtes prêt à partir. Pas de signatures, pas de décorum. Tiens, prend ton p’tit, il est à toé.

Papa pis Dada discutent pas trop, placent le p’tit dans son brand new Peg Perego noir laqué de frais chier et partent, les étoiles dans les yeux pis le bonheur ben gros dans leur cœur. Petit Pou dort tout le long alors qu’il se fait prendre en photos une bonne douzaine de fois, plus quatre cents autres photos juste pour être certain de l’avoir sous tous les angles.

Une fois à la maison, vous le placer dans son petit lit et le laisser dormir en le regardant tout le long, béat d’admiration. Il est la perfection fait bébé et il va se réveiller tout content une heure plus tard. Votre première journée est comme un rêve, flou et nébuleux. Maintenant que vous êtes dans votre foyer, c’est au tour de ton chum de capoter. Il ne tient plus en place. Il replace sans cesse les vêtements dans les tiroirs et les couches dans les étagères appropriées. Il veut que ça soit beau et fonctionnel, comprends-tu? Il réalise qu’il manque un paquet de trucs et que les tétines à biberon de sont pas les bonnes, alors il s’empresse vers les magasins, te laissant seul avec ton nouveau p’tit. Toi qui pétait de nervosité tout le long du trajet est maintenant devenu Mister Mom. Pas de stress, pas de trouble, tu vas gérer ça un p’tit. Tu l’installes sur tes genoux et le bébé te fait un giga sourire et, malgré que ce soit cul-cul et cliché, tu catches que ton p’tit te reconnaît déjà. Comme s’il avait comprit : « Ah, je le sais où j’suis. J’suis dans ma famille. Toi t’es mon Dada ». Tu as le coeur prêt à exploser de bonheur et tu es tellement ému que tu braille juste à écrire ces mots, alors tu ries toi avec en remerciant qui tu veux de la chance que tu as.

Le soir venu, tu endors ton p’tit sur toi et le couche dans son lit, puis tu passes ta soirée à dire à ton chum: « Réalises-tu qu’il y a un bébé couché en haut? » Ton chum, après quinze fois, te dit qu’il a compris, qu’il t’aime, pis de te calmer un peu. Vous vous coucher et après tous ces mois à vous faire dire que le bébé sera en panique et en crise dès son arrivé, vous vous dîtes qu’ils ont peut-être exagéré un peu et que c’est pas SI difficile jusqu’à présent. Of course, la vie va te faire regretter ces mots rapidement pour toutes sortes de raison que te ne peux pas encore t’imaginer.

41963912f3069205faaf3f0c8a047b3f.jpg

N’est-ce pas maman?

CINQUIÈME ÉTAPE: LE COCON DE L’AMOUR

Au départ, tout est parfait. Vous vous réveillez béat de bonheur au son des oiseaux et les balbutiements de votre bébé. Il ne pleure pas et est facile d’approche. Il vous sourit et veut constamment être cajolé et aimé. Vous et votre conjoint riez et dansez avec votre p’tit dans les bras, il y a une douce brise à la fenêtre, vos vêtements sont blanc et pur, ça sent bon le lin et la lavande, les arc-en-ciels, les popsicles, les farfadets. Bref, c’est votre honeymoon. Il vous semble que ça durera éternellement. Les intervenants vont ont dit de vous investir à 100% avec l’enfant et vous le faite une coche de plus. Votre bébé à été sous-stimulé et souvent laissé dans sa coquille durant ses premières semaines de vie, alors vous mettez les bouchés doubles. Vous lui montrer les couleurs, l’alphabet et comment faire du crochet, puis terminer votre journée en jouant du Mozart sur le piano et tout en expliquant les bases de la religion taoïste à votre chérubin, you know, basic stuff.

Tu t’apprêtes maintenant à entamer l’étape la plus cruciale du processus: Le cocooning. Pendant 3 mois ou plus, tu devras rester confiné le plus possible dans ta maison, dans les mêmes pièces et voir le moins de monde possible. Il s’agit de créer ici rapidement un lien entre toi et l’enfant afin qu’il comprenne que tu es son donneur de soin et que tu répondras toujours à tous ces besoins avec efficacité et rapidité. C’est l’attachement. Cet expression, tu vas l’entendre et la lire à maintes reprises, alors habitue-toi tout suite. Lien d’attachement. C’est la base de l’adoption et tu ne peux pas passer à côté.

C’est aussi un moment paradoxal, car il est également important que le processus d’adoption soit vécu comme si tu accueillerais un bébé biologique dans ton foyer. Il faut donc le célébrer, mais en douceur. Qui plus es, comme Papa pis Dada sont extrêmement populaires et adulés de tous, les gens s’empressent et se bousculent pour venir voir leur Petit Pou adoré. Une foule s’est amasséedevant leur maison et ça se bat pour avoir la chance de voir le couple le plus en vogue de notre époque. Les gens tiennent également à donner des cadeaux et comme Papa pis Dada sont matérialistes et avares, ils disent oui.

Il est donc important d’établir des règles avec les gens qui viennent vous visiter et leur expliquer que c’est pour le bien de l’enfant. Dites-leur qu’ils ne pourront pas prendre le bébé ni vous aider à s’en occuper pour les premiers temps. Dites  également qu’ils ne devraient jamais adresser la parole à l’enfant, ni le regarder directement dans les yeux, ne pas l’exposer à la lumière du soleil, le mettre en contact avec l’eau et lui donner à manger après minuit. Bon d’accord, la dernière phrase est peut-être un peu exagérée, mais vous voyez le tableau. Minimisez les contacts avec votre monde et vous devez être les seuls à prendre soin de bébé. Comme ton bébé est le plus mignon de la planète, les gens s’extasient, d’autres pleurent d’émotions et se mordent la lèvre pour ne pas le prendre. Certains se permettent de le toucher. Ta mère a des spasmes, des maux de tête, des frissons et l’œil gauche qui saute violemment, mais elle réussi à se contenir et ne prend pas le bébé.

Après le rush des visites, des becs pis des « yé donc ben cute! », arrive la réalité. Il faut vous en occuper de c’t’enfant-là. Alors, toi et ton tendre conjoint décidé de jouer aux parents, vous relayant les tâches et vous vous chicaner presque à savoir qui va s’en occuper le plus (et bientôt ce sera le contraire, douce ironie!). T’installes le porte-bébé kangourou bourgogne autour de ta taille et du cou, tu enveloppes ton bébé dedans et tu passes ta journée comme ça avec un petit être lové contre toi. Tu peux passer la balayeuse et saluer les voisins depuis ta galerie avec un air satisfait et coquin. Tu peux également tondre le gazon avec ça et boire un dirty martini en même temps, c’est bien fait comme ça!

 

d30e32977a9407666aded848d86b08a0.jpg

Ah une photo de moi et mon bébé dans son kangourou un mercredi matin alors que j’allais au dépanneur. Remarquez mon oreille droite légèrement difforme. Hey que j’fais dur quand j’viens juste de me réveiller!

 

C’est durant cette période que tu dois faire tes preuves à ce bébé-là. Montre lui que tu es le parent qu’il mérite d’avoir. Cours aussitôt qu’il pleure, berce-le, cajole-le, couvre-le d’amour et de caresses, rassure-le constamment. Non, tu ne le gâteras pas, écoute pas matante Suzie et les Eux Autres qui aiment donc ça donner des conseils. Ce bébé-là n’a pas été gâté de sa vie justement, fac qu’ils se ferment la trappe, ils n’ont aucune idée de quoi ils parlent. Ce bébé-là a besoin de 1000 fois plus de soin et d’attention que la normale, pour qu’il comprenne qu’IL est important, qu’IL mérite qu’on l’aime et que oui, IL est le plus beau bébé du monde. Et malgré tout cet amour et tout ce beau travail, le simple fait de repeinturer votre salon ou de partir en voyage avec lui pourra complètement le chambouler et le replonger dans l’anxiété du changement. Super Parent n’a jamais de break, n’a jamais de pause. Fac, prend ton courage à deux mains mon pit, this is merely the beginning!

 

Ne manquez pas la suite un moment donné: Adventures in Adoptionland, part 3:  Ze Boutte Rough!

Dada Blaise

 

 

 

 

 

Vous avez aimé cet article? Alors partagez comme le ferait un groupe de jeunes adolescentes qui se partagent un t-shirt trempé de sueur trouvé à un concert de Justin Bieber: avec ridicule et frénésie meurtrière

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s