Moi aussi chui capable

Ça résume pas mal ma vie ça. Moi itou je peux le faire, moi aussi chui capable. Mon cousin Mathieu me mettait au défi de sauter dans le bain tout habiller. Je le faisais, moi aussi chui capable. Mon ami grimpait dans les arbres, moi aussi chui capable. Ma sœur faisait du ballet jazz dans le salon avec ses bas collants mauves, moi aussi chui capable. Mes amis se saoulaient à la téquila, mais ça ne m’intéressait pas vraiment, pas grave, moi aussi chui capable. Les internautes blogs à grands coups de bons conseils avec des photos Instagram filtrés Walden et Nashville? Moi aussi chui capable. Toutes mes amies se font un chum, pff, facile, moi aussi chui capable. Pis yé beau, pis y mesure 6’2. Kin, en veux tu d’la compétition? P’tit boutte avec ses grosses lunettes, il est capable aussi damn it!

Famille? Enfants? Heu…

Avoir un enfant, ça on était pas capable. Ben qu’est-ce tu veux, on avait beau essayer moi pis mon chum de faire un bébé ensemble, ça avait pas l’air de marcher, pas de p’tit bébé. Mais ça, ce n’était pas juste pour prouver que chui capable, que j’étais comme tout le monde. J’en voulais un bébé. Un p’tit, juste pour moi.

C’était pas une décision facile, parce que pour des couples de papas only, y’a pas grand-chose qui nous est offert facilement, à part choisir des vêtements vraiment top à la mode pour notre futur bébé. On n’est pas des vedettes, fac avoir recours à une mère porteuse comme Neil Patrick Harris ou notre Joël Legendre local n’est pas une option pour notre maigre portefeuille de banlieusard de la rive sud. Restait donc l’adoption! Moi aussi chui capable que je me dis. Un pet! J’vais passer ça haut la main, les tests et les évaluations, pis dans moins d’un an, on va avoir une belle p’tite Chinoise ou un p’tit Russe à dorloter, pis la musique va s’élever, John Williams style, pendant que papa pis dada se regardent tendrement, bébé précieusement lové dans nos virils bras.

Oups…vous êtes deux hommes. Vous ne pouvez pas adopter dans tel et tel pays.

Oups…vous n’êtes pas mariés. Pouvez pas dans tel et tel pays.

Oups…vous devrez attendre un bon trois ans, si c’est pas plus.

Oups…vous pesez plus de 200 livres. (Celle la j’exagère, mais à peine).

Non non messieurs, vous fittez pas dans nos critères. Reste alors: Adoption Québec. Ahhh, ici c’est plus lousse, deux hommes ça ne leur fait pas peur. On se présente, on est confiant tsé. Oups! C’est pas l’adoption précise-t-on, mais bel et bien FAMILLE ACCUEIL EN VOIE D’ADOPTION. Fac ça, ça veut dire que on a petit pou chez nous, pis on doit s’en occuper, l’aimer, pis toute, mais en tant que famille d’accueil, pis que si, peut être, ces messieurs les juges et avocats sont gentils, ils vont nous accorder la garde. Un jour. Dans 1 an ou 2, tiens.

Est-ce qu’on est capable quand même?

Ben oui que je me dit. J’étais bien naïf. Et un peu imbu de moi-même et mes capacités. Si les autres peuvent le faire, moi aussi je peux. Tous ces élèves mal élevés que je vois à l’école, chui capable de faire mieux. Et hop…On se lance! Quelques évaluations psychosociales plus tard, on est officiellement sur la liste. Kin la société! Chui capable que je me dis. Bébé est arrivé très vite, trois mois après notre acceptation par le Centre Jeunesse. Un p’tit bébé de 3 mois à peine, en chair et en os et en joufflu. Un blondie, comme mon chum aux yeux bleu comme moi. Ça pas prit de temps qu’il nous charme et qu’on devienne, mon chum et moi, un papa pis un dada. Papa c’est lui, moi c’est dada parce que je parle l’anglais, comme dans les vues. So, here we go, que je me dis. Moi aussi chui capable.

Famille d’accueil ça veut dire beaucoup de choses.

Ça veut dire des visites supervisées avec la maman biologique dans un local gris et impersonnel où ton bébé, que t’aimes soudainement avec toute la douleur qui habite ton corps, pleure parce qu’il te cherche et il n’est pas bien. Ça veut dire des nuits blanches à le consoler suite à ces fameuses visites. Ça veut dire un petit bébé anxieux qui a été trimbalé avec beaucoup de monde avant d’arriver chez vous. Ça veut dire que tu ne peux pas lui couper les cheveux comme tu veux. Ça veut dire que tu n’as pas choisi son nom et qu’il ne porte pas ton nom de famille. Ça veut dire un enfant qui sera toujours un peu différent de la normalité, pour quelques raisons que ce soit. Être famille d’accueil, j’ai été capable, mais ça, pas tout le monde l’a vécu. Chui capable, mais chriss que c’est dur. Chui capable mais j’ai le goût de me sauver en laissant le panier d’épicerie pis le p’tit qui est dedans alors qu’il braille pour la sempiternelle fois pis je sais pas pourquoi. Chui capable mais maintenant, je ressens plus le besoin de me prouver aux autres.

Je vais quand même finir ce premier billet sur du positif, parce que c’est le fun pis ça fait du bien une fin heureuse. Comme le dirait ma grand-mère: Hé que la vie est ben faite. Tous ces simagrées plus tard et bébé a grandi et nous imite et prend même nos traits et nos expressions. Pis, cerise sur le sundae, il est maintenant officiellement mon bébé. À moi. À papa pis à dada. C’est ti pas merveilleux ça? Moi j’trouve que oui.

 

Dada Blaise

3 réflexions sur “Moi aussi chui capable

  1. JOJO dit :

    La vieille madame, ici, de plus de 50 ans, mais nouvellement mariée, te dit BRAVO pour ton blogue, DADA ! Je vais continuer à te lire… quand même !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s